Ce que nous faisons

 

Collaboration entre
Laïques et Rédemptoristes

C’est depuis les années 1700, alors que le Père Alphonse de Liguori arpentait les rues de Naples, qu’on retrouve les missionnaires rédemptoristes priant ensemble avec des apôtres laïcs et travaillant de concert à la mission. Aujourd’hui, cependant, le Seigneur change les choses.

Partout dans le monde, laïques et Rédemptoristes concertent leurs efforts de manières nouvelles afin de répandre la Bonne Nouvelle et de se préoccuper des pauvres.

·       En Colombie, des Rédemptoristes et des catéchistes vivent dans des abris de fortune tout à côté des familles les plus pauvres; on cherche ainsi à comprendre leurs difficultés tout en répondant à leurs besoins.

·       En Irlande, des jeunes laïcs pleins d’ardeur et des Rédemptoristes plus âgés, mais aimant le risque, ont joint leurs forces dans la prédication d’une mission à Belfast; ils apportent un peu d’espoir à ce territoire ravagé par la violence.

·       Aux Philippines, des missionnaires itinérants – laïques et rédemptoristes – laissent leurs demeures et leurs amis pendant des mois; dans des villages isolés, il mettent sur pied des communautés chrétiennes.

·       Au Canada, des adultes, mariés ou célibataires, forment des équipes missionnaires avec des Rédemptoristes; ils rejoignent ainsi des catholiques abandonnés des régions éloignées du pays.

·       Aux Etats-Unis, des Rédemptoristes et des jeunes adultes bénévoles rejoignent des centaines de sans-abris et de personnes qui souffrent de la faim dans la ville de Philadelphie, les Caraïbes et la région des Appalaches.

·       En Italie, des Rédemptoristes et des jeunes ont formé des équipes de pastorale qui subviennent aux besoins d’une jeunesse négligée, abusant ou dépendante des drogues.

·       En Afrique, Rédemptoristes et catéchistes laïcs organisent des rencontres de soirée où l’on répond aux requêtes spirituelles de gens qui ont besoin d’espérance et de lumière.

Voilà seulement quelques exemples de cette collaboration dynamique et nouvelle dans le partage de notre Pastorale d’évangélisation. Pour emprunter les paroles d’un Rédemptoriste brésilien: «C’est la semence d’un nouveau modèle d’Église, une semence jetée en terre par le fondateur de la Congrégation des Rédemptoristes.»


L’Héritage de Saint Alphonse

Le ministère d’Alphonse de Liguori était exhaustif, pratique et imaginatif. Il prenait volontiers des risques en entreprenant des choses nouvelles qui lui permettaient d’atteindre les gens en marge de la société.

Sa principale priorité était d’apporter la Bonne Nouvelle à ceux que l’Église institutionnelle avait rejetés et oubliés, des gens sans espoir ni secours. Tout comme Jésus qui n’a pas siégé dans les synagogues à attendre que les gens viennent à lui, Alphonse non plus ne s’est pas limité aux endroits ou aux formes traditionnels de ministère. Il oublie le confort et la sécurité pour «chercher et sauver ce qui était perdu». (Lc 19:10).

Voici un exemple concret de la créativité et de l’exhaustivité d’Alphonse dans son rapport avec les laïques. Le fondateur des Rédemptoristes fut à l’avant-garde de son temps dans ce domaine:

·  Les chapelles du soir

Alphonse prit des laïques comme compagnons de travail alors qu’il oeuvrait dans les quartiers les plus pauvres de Naples. Ils travaillèrent à un mouvement de revitalisation communautaire chrétien, mouvement depuis connu sous le nom de «Chapelles du Soir». Avec le concours d’un homme dévoué nommé Pietro, il forma des laïques qui devinrent des catéchistes, des prédicateurs et des animateurs communautaires.

Les Chapelles du Soir obtinrent un succès remarquable; leur influence atteint des milliers de personnes. On les a décrites comme des «centres de conversion» et des «serres chaudes de la sainteté». Le plus important est qu’elles continuèrent à croître longtemps après qu’Alphonse eut cessé de s’en occuper. En effet, ce sont les laïques du milieu, non pas Alphonse, qui les prenaient en charge.

Les laïques furent «l’épine dorsale» de ce grand œuvre. Alphonse se considérait seulement comme l’assistant des dirigeants laïcs. C’est eux qui avaient l’autorité réelle et la crédibilité auprès des membres de la communauté; dans la ville, ils étaient aux prises avec les mêmes difficultés qu’eux.

·  Écoles de formation pour les dames

Alphonse reconnu vite le rôle potentiel de leadership des femmes en ces temps où les laïques féminines occupaient peu d’espace et avaient peu de pouvoir au sein de l’Église institutionnelle. Il mit sur pied une école de formation pour les dames et choisit une femme pour la diriger.

Malheureusement cette école ne survécut pas; les femmes, en effet, tout en étant pauvres, travaillaient toute la journée et devaient s’occuper de leurs enfants la nuit. Malgré tout, les femmes prirent confiance et développèrent le sens d’une mission personnelle grâce à ses efforts et à son attention.

·  Méditation journalière commune

Alphonse insista pour que les membres de la communauté rédemptoriste prient régulièrement avec les laïques. Deux fois par jour, les Rédemptoristes se rendaient ensemble à l’église et faisaient leur méditation avec les laïques. Au dix-huitième siècle, c’était loin d’être une pratique courante entre religieux et laïques. Une initiative osée qui redonna vie à la pratique religieuse dans les communautés locales.


Notre héritage et notre espérance

Aujourd’hui, c’est avec enthousiasme que les Rédemptoristes veulent retrouver cette pratique de collaboration créatrice avec les laïques.

Le Chapitre Général des Rédemptoristes de 1991 a consacré toute une section de son Document final à la «Collaboration avec les laïques sur la base d’un partenariat» et a introduit une nouvelle catégorie de «Missionnaires laïcs du Très Saint Rédempteur en tant que compagnons de travail et participants à la vie apostolique de la Congrégation des Rédemptoristes». Ce même document exhortait les communautés rédemptoristes «à s’ouvrir aux laïques afin de leur permettre une plus grande participation à nos expériences de vie, de travail et de spiritualité». (XXI Chapitre général, Document final, n. 60)

Des directeurs laïcs font déjà partie de comités internationaux et régionaux dont le but est d’étudier et de promouvoir effectivement le ministère rédemptoriste-laïque. Ensemble, nous développons des programmes de formation et d’entraînement généraux. Ensemble, nous trouvons de nouvelles façons de partager notre spiritualité par des temps réguliers de prière et de fraternité en communauté.

Un mélange de femmes et d’hommes de tous âges, de différentes conditions et de divers niveaux de culture joignent leurs forces dans la mission rédemptoriste: cette diversité constitue une grande force, témoignage de la vitalité du charisme rédemptoriste aujourd’hui.

Une laïque de la Dominique décrit bien l’esprit d’espoir qu’on trouve dans notre ministère commun:

«Lors de l’arrivée des Rédemptoristes sur notre île, ce fut comme un volcan en éruption: nous passâmes de l’inaction à l’action. Ils m’ont aidée à devenir responsable de moi-même et de mon peuple. J’aime faire partie de cette famille, une famille ouverte au changement, une famille qui va de l’avant. J’en remercie Saint Alphonse. Je crois qu’il doit être heureux de savoir que son œuvre continue.»

 Le Père Joseph Tobin, C.Ss.R.
Supérieur Général de la Congrégation

«Selon l’inspiration de Saint Alphonse de Liguori, nous sommes tous appelés à annoncer la Bonne Nouvelle aux pauvres les plus abandonnés. La collaboration entre Rédemptoristes et laïques n’est ni une recherche de «travailleurs» qui aideront un nombre décroissant de profès, ni une revendication de droits à l’égard des laïques si longtemps négligés. Le ministère des laïques s’enracine dans une nouvelle perspective de la vocation chrétienne reçue au baptême. De ce fait, cette vocation n’est plus une exception, mais devient la règle, tout au moins dans la plupart des soixante dix-sept pays où notre Congrégation exerce son ministère. Bien plus, je crois, cette question ne revient pas simplement à dire comment on peut conférer le pouvoir du ministère aux laïques en ce troisième millennium de la chrétienté; mais aussi quel sens la vie consacrée peut prendre dans une Église où les laïques jouent un rôle qui prend de plus en plus d’importance. Non seulement Vatican II souligne-t-il la valeur de la vocation des laïques; il parle aussi de la vie consacrée comme essentielle à l’Église. Le dialogue entre Rédemptoristes et laïques devrait aider les membres profès de la Congrégation à mieux comprendre leur propre vocation.»