Documents et Communications   

 

Rome, 25 février 2006
Prot. N° 0000 132/04

Aux Membres de la
Congrégation du Très-Saint Rédempteur

Bien chers confrères,

Je suis heureux de vous présenter un rapport de la Commission de la Restructuration, qui a pour titre «Document de travail». Vous allez remarquer que ce document est le fruit d’une large consultation et d’une puissance d’imagination. Il n’y a aucun doute que les membres de la Commission ont travaillé fort! Il est aussi clair que le texte n’offre pas de déclaration rigide mais plutôt des suggestions qui aident à susciter le dialogue entre les Rédemptoristes.

Vous vous rappelez que le dernier Chapitre Général demanda que la Commission de la Restructuration prépare un rapport des progrès à temps pour les six rencontres du milieu du Sexennat (Orientations 11.3). Un projet de ce rapport a été présenté au Conseil Général en décembre 2005, à une réunion où tous les membres de la Commission étaient présents. Ensuite, la Commission travailla fébrilement pour éditer le texte afin que le rapport soit prêt pour la première des réunions régionales qui eut lieu en janvier. Les autres cinq réunions régionales sont planifiées pour le second semestre de 2006; ainsi cela donne beaucoup de temps aux confrères d’étudier ce document et de présenter leurs suggestions à leur supérieur majeur respectif.

Le Chapitre Général envisage le processus de la Restructuration comme le produit d’une large réflexion et de dialogue entre les Rédemptoristes. A cette fin, je demande aux supérieurs majeurs de fournir une copie de ce rapport à chaque membre de son Unité. On doit étudier le document dans chaque communauté locale et un résumé de leurs impressions et suggestions devrait être apporté à la rencontre régionale. Même si la rencontre régionale a déjà eut lieu, les communautés de l’Amérique du Nord ont encore la chance de réfléchir sur les recommandations de ce document et faire parvenir leurs idées au Père Guy Pilote, le membre de la Commission de la Région.

Au nom du Conseil général, je remercie les membres de la Commission de la Restructuration pour le dur travail qui a produit ce document et je les encourage à continuer leur précieux service à notre mission. Je compte aussi sur la bonne volonté de tous les Rédemptoristes pour étudier ces propositions et nous aider à discerner la volonté de Dieu pour la Congrégation.

Bien fraternellement,

Joseph W. Tobin, C.Ss.R.
Supérieur Général

______________________________

Commission pour la Restructuration

«Document de travail»

Quelques propositions

Décembre 2005

______________________________

Préface

«Donner nos vies pour la rédemption abondante», le thème adopté par le Chapitre Général de 2003, a pour but de réaffirmer notre identité et aussi de nous rappeler notre vocation. Il veut déclarer de nouveau le principe directeur qui décrit notre vie de Rédemptoriste. Nous devons porter témoignage de la rédemption abondante par notre style de vie, nos paroles et nos entreprises apostoliques.

Dans le même esprit, le Chapitre Général a également décidé qu’il était temps pour nous d’envisager sérieusement la révision de nos moyens de nous organiser en vue de la mission. On en vint à s’y référer et à la reconnaître comme le besoin de considérer ‘la restructuration’ dans la Congrégation.

À l’heure actuelle, il y a 37 Provinces, 24 Vice-provinces, 16 Régions et 9 Missions. Ces unités sont, de plus, organisées en six Régions Rédemptoristes: Asie-Océanie, Afrique, Amérique (Nord et Sud), Europe (Nord et Sud).

La question-clé est celle-ci: sont-elles les moyens les plus efficaces de nous mobiliser pour la mission d’aujourd’hui?

On doit noter que beaucoup d’autres Congrégations se posent la même question concernant leur organisation par le temps qui court.

Ces structures se sont développées à travers l’histoire, avant tout (mais pas toujours) dans le but d’apporter une réponse adéquate aux besoins des populations dans différentes cultures, aux différentes langues, aux différentes expériences pastorales. Elles ont été établies surtout comme réponse aux besoins des gens mais pas toujours, car ce furent parfois les questions internes venant des Rédemptoristes et des pressions qui ont influencé le développement des structures que nous avons présentement.

De telles structures, une fois mises en place, sont souvent difficiles à remuer, même quand les besoins pastoraux des gens – leur raison d’être – ont été modifiés de façon dramatique. Les maintenir et tâcher de travailler à l’intérieur d’une structure désuète peut être un sérieux handicap pour une mobilisation efficace en vue de la mission.

Pour cette raison, le Chapitre Général a ordonné une révision générale de la Congrégation. Il a demandé au Conseil Général d’établir une Commission pour la Restructuration qui a pour tâche de fournir des propositions au Chapitre Général de 2009.

Dans le présent document, la Commission présente une première ébauche de propositions à tous les confrères de la Congrégation. Elles ont été débattues avec le Conseil Général et modifiées à la lumière de cette discussion.

Elles sont maintenant publiées en vue d’offrir à tous les confrères une plus large discussion, et cela dans les (V-) provinces [1] et dans les rencontres Régionales qui doivent se tenir dans les six Régions en 2006.

La discussion élargie est cruciale.

Quand on arrive dans le concret, une raison majeure commande la restructuration. La raison est celle-ci: que nous puissions poursuivre notre tradition. Notre tradition, c’est tout; notre tradition, c’est notre mission. Lorsque nous disons: «notre tradition est la mission», nous ne voulons pas dire par là que nous sommes tous actifs, en pleine santé, prêts à nous mettre en route. Plusieurs d’entre nous sont âgés; plusieurs d’entre nous sont faibles, fragiles, d’une façon ou d’une autre. Mais il est également vrai pour nous tous, sans exception, que ‘donner nos vies pour une rédemption abondante’ est le noyau central du sens de notre vie. Nous exprimons cette signification essentielle de diverses façons, à divers stages de la vie. Tel est le cœur de la question – pour nous tous.

Si nous croyons en nous-mêmes, alors nous devons continuer et développer notre tradition. Il ne suffit pas pour nous de dire que nous, Rédemptoristes, avons été ceux qui, dans le passé, ont fait des sacrifices pour prêcher l’Évangile du salut aux pauvres, aux abandonnés qui n’ont pas été rejoints. Nous devons dire qu’aujourd’hui, les Rédemptoristes sont ceux qui font des sacrifices en vue de prêcher l’Évangile du salut aux plus nécessiteux, à ceux qui ne sont pas rejoints par aucun autre. Les propositions en vue de la restructuration pour une mission efficace signifieront sans doute un renoncement. C’est pour cette raison que nous avons besoin d’ouvrir une large discussion, de façon à ce que nous puissions en venir à établir les meilleures propositions pour une mission efficace selon notre tradition. Cela, en effet, impliquera des sacrifices et des décisions difficiles à prendre.

«Le devoir d’être continuellement à la recherche d’initiatives appropriées, sous la conduite de l’autorité légitime, nous interdit de nous figer dans des méthodes ou des structures telles que notre action cesserait d’être missionnaire. Il nous faut inventer avec sagacité des voies nouvelles pour que l’Évangile soit prêché à toute créature» (Constitution 15).

Ce document comprend trois sections.

La première section donne cinq principes généraux. Nous attendons votre réponse: Sont-ils les vrais principes généraux? Pourraient-ils être mieux exprimés? Est-ce qu’il y manque des principes importants?

La deuxième section traite des modèles et de quelques autres implications concernant la restructuration. Nous vous demandons: «Sont-ils des modèles utiles? Y en a-t-il d’autres? Quel est le plan général qui semble ressortir?»

La troisième section concerne la Congrégation dans chacune des six Régions géographiques présentement établies. Elle offre des propositions ou des suggestions. En lisant ce document, nous vous demandons de regarder d’abord le champ d’action de vos propres expériences: y a-t-il -d’autres peut-être meilleures propositions et d’autres suggestions? Nous vous demandons également d’envisager les autres Régions – les traits généraux de la Congrégation doivent être la préoccupation de tous les confrères.

Votre réponse influencera le développement de ces propositions.

Le retour de vos réponses est crucial pour nous, au moment où nous travaillons à la présentation des propositions en vue de leur examen lors du Chapitre Général de 2009.

On ne doit pas oublier qu’il est possible, avec l’approbation du Conseil Général, de commencer dès maintenant à mettre en application certaines propositions sous forme expérimentale.

Nous pouvons distinguer entre un ‘changement que nous projetons’ d’une part et un ‘changement que nous gérons’ d’autre part. Les propositions en vue de la restructuration sont de l’ordre du changement sous forme de projet: tous, nous sommes invités à cette discussion. Tel est le but de ce document.

Il est important que ce document soit lu avec le Communicanda 1 – Appelés à donner nos vies pour une rédemption abondante, qui exprime de façon plus vigoureuse la motivation et la spiritualité qui sous-tendent tout cet effort qui est présentement entrepris dans la Congrégation.

Chers confrères, l’avenir de la vie Rédemptoriste sera ce que nous voulons qu’elle soit. Nous n’attendons pas simplement que l’avenir arrive; nos décisions actuelles aident à le créer.

L’espérance implique naturellement que nous prenions des risques. Sans espérance, c’est à peine si l’on peut prendre des risques; on préfère s’en tenir au sentier battu, même s’il est mauvais. Par contre, l’espérance nous donne un esprit créatif et combatif; elle nous rend capables de rompre avec notre désir de toujours nous conformer à nos habitudes de vie et nous donne le courage de changer quelque chose.

Juan Lasso de la Vega, C.Ss.R. (Europe-Sud)
Con J. Casey, C.Ss.R. (Europe-Nord)
Brendan J. Kelly, C.Ss.R. (Asie-Océanie)
José Ulysses da Silva, C.Ss.R. (Amérique Latine et Les Caraïbes)
Guy Pilote, C.Ss.R. (Amérique du Nord)
Larry Kaufmann, C.Ss.R. (Afrique)

Section I
Cinq Principes Directeurs

1.     Le monde actuel est un monde qui change rapidement. C’est dans ce monde que nous explorons les structures les plus aptes à nous engager dans notre mission qui est de prêcher l’Évangile aux pauvres, d’annoncer la plénitude de la rédemption, de nous tenir avec les plus abandonnés. Tel est le motif fondamental, et le premier principe qui guide la restructuration de notre Congrégation.

I.      La restructuration a pour but la mission.

2.     La restructuration en vue de la mission suppose une nouvelle mentalité ou elle n’aboutira à rien. Notre identité Rédemptoriste fondamentale a besoin d’être éveillée de nouveau par le monde en changement rapide dans lequel nous vivons. Qui sommes-nous? Nous sommes ceux qui, réunis ensemble sur la base de notre foi en Jésus-Christ, sont consacrés au charisme Rédemptoriste et cela d’une façon plus profonde que tout engagement dans la culture, la nationalité, la tribu ou la famille.

II.     La restructuration pour la mission doit nous inciter et nous stimuler à un réveil de notre identité, à une conversion de nos mentalités en ligne avec notre appel, à une nouvelle disponibilité. Sinon, tout cela nous mènera nulle part.

3.     Au début, la Congrégation n’était qu’une simple Unité organisée en vue de la mission. Puis, vint un temps où la Congrégation eut, essentiellement, deux unités d’organisation: le travail de saint Clément Hofbauer dans les pays transalpins et la Congrégation dans la mère-patrie: Naples et Rome. En 1841, la Congrégation entreprit une nouvelle organisation en vue de la mission. Elle se ramifia en diverses Provinces: d’abord à travers l’Europe, puis à travers le monde entier. Ces différentes Provinces furent réorganisées de nouveau– sans perdre leur identité – au milieu des années 70, en six Régions géographiques: l’Asie-Océanie, l’Afrique, l’Amérique du Nord, l’Amérique Latine, l’Europe du Sud et l’Europe du Nord et de l’Est. On peut dire que la Congrégation n’aurait pas survécue sans ces réorganisations historiques.

Présentement, les Régions de la Congrégation sont établies sur une base géographique. Dans ces entités géographiques le monde actuel peut encore se sentir comme dans une famille. Mais dans une certaine mesure significative, ‘la migration actuelle des populations transcende et déborde de telles frontières’.

III.    La restructuration en vue de la mission devrait suivre la migration des populations; elle devrait être, tantôt une restructuration «à l’intérieur» de nos Régions, ou même, tantôt une restructuration «au-delà» de nos frontières Régionales, c’est-à-dire suivre l’évolution démographique.

4.     Dans cette situation, il est important que le Gouvernement Général soit muni de pouvoirs qui lui permettent d’orienter et de concentrer les ressources financières et les confrères – et là où c’est possible, les collaborateurs laïcs – quand de nouvelles initiatives le requièrent. Nous avons besoin de trouver de nouvelles façons d’équilibrer la localisation de la créativité et des ressources en procédant à une centralisation appropriée des ressources, lorsque de nouvelles initiatives et des situations d’urgence l’exigent.

IV.    Il est très important de développer une nouvelle aptitude à concentrer et à restructurer les ressources pour la mission.

Dans certains cas, il arrivera que des Provinces se regrouperont ensemble pour une initiative nouvelle et urgente, laquelle deviendra l’agent d’une nouvelle concentration des ressources. Dans d’autres cas, ce sera le Gouvernement Général qui, chargé de la responsabilité globale de la mission de la Congrégation, est habilité à faire appel aux ressources et à en disposer si nécessaire.

V.    Une partie vitale de notre mission, tant au plan historique que dans nos temps modernes, c’est la réflexion théologique qui prend racine dans l’expérience pastorale: un nouveau déploiement de nos ressources, à cet égard, est une partie cruciale du défi que la restructuration de la mission doit relever aujourd’hui.

5.     Nous offrons quelques suggestions fort modestes, dans ce qui suit, parmi nos propositions concernant les Régions d’Asie-Océanie et d’Afrique.

La fragilité de la Congrégation est facile à reconnaître présentement; comme il s’agit, pour une bonne part de la fragilité de la vie consacrée dans l’Église. À coup sûr, il est à peine besoin de remettre en question la période où nous vivons à moins que nous nous engagions, le mieux que nous puissions, à relever les nouveaux défis que la nouvelle culture du monde actuel nous présente.

Il n’y a pas de solutions magiques. De plus, nous ne pouvons pas envisager ces défis sans une ouverture au travail en commun avec les laïcs et avec les autres congrégations religieuses. Mais il semble à propos de dire que nous devrions commencer et commencer avec courage .Dans ce but, nous offrons les propositions suivantes, Région par Région.

Section II
Restructuration:
quelques aspects et applications

A.    Modèles de Restructuration

Dans cette section, nous offrons différents modèles de structures afin que vous puissiez les considérer et les commenter. En tant que modèles, ils n’ont d’autre but que de fournir un simple outil d’opération et de conception susceptible de nous aider à établir des structures appropriées à notre mission. L’avantage des modèles est qu’ils peuvent aider l’imagination à donner une réponse, en nous rendant aptes à faire un lien, d’une part, entre le charisme, la spiritualité et la mission et d’autre part, à mettre sur pied une organisation correspondante. Situés dans cette section du document, ces modèles dressent un pont entre les principes directeurs de la section précédente et les propositions concernant les Régions qui figurent dans la section suivante. Voilà pourquoi, il est important de les étudier dans cette perspective.

Les cinq modèles que nous présentons sont tirés de l’expérience passée et présente, mais ils peuvent aussi suggérer une nouvelle façon d’imaginer notre vie comme Rédemptoristes en ce 21e siècle. Aucun modèle n’a prédominance sur l’autre. En effet, nous vous invitons à fournir vos suggestions concernant d’autres modèles possibles. Ainsi, il serait beaucoup plus utile de les voir insérés l’un dans l’autre selon un procédé ouvert et dynamique, à partir du concept d’une ‘fusion’ des deux unités (Modèle 1) jusqu’à un large réseau d’unités qui dépassent même les frontières régionales (Modèle 5).

Les structures sont au service de la mission. La restructuration a pour but le renouveau de la mission. Voilà pourquoi nous sommes appelés à trouver constamment de nouvelles façons de travailler ensemble et de nous soutenir les uns les autres dans l’apostolat, la formation et les finances. Les cinq modèles qui suivent sont présentés comme une approche possible dans notre tâche commune de créer des changements.

1.  Fusion d’unités

Deux ou plusieurs unités s’unissent et deviennent une seule Province. Voici des exemples tirés des récentes décennies: la Province de Denver (union de St-Louis et d’Oakland); la Province d’Edmonton-Toronto (union d’Edmonton et de Toronto); Burkina-Niger (union de deux vice-provinces); Bolivie (union de La Paz, Reyes, Tupiza).

Il serait utile et instructif de faire une étude de ces développements, en formulant des questions comme celles-ci: Qu’est-ce qui a motivé le développement? Est-ce qu’il en est résulté une mobilisation plus efficace pour la mission? Est-ce qu’il en est résulté un climat plus favorable pour les jeunes confrères dans leur vie et leur mission?

2.  Union d’unités tout en maintenant une identité régionale

Dans la Province St-Clément nouvellement établie, quatre anciennes Provinces se sont unies, tandis que chacune d’elles continue de garder son identité en tant que Région dans la Province, grâce à des structures appropriées.

Il est trop tôt pour juger de l’efficacité de ce modèle. Cependant, un compte-rendu de l’histoire jusqu’à ce jour serait enrichissant, car c’est une expérience innovatrice et courageuse.

3.  Fédération d’unités

Cela pourrait être vu comme un modèle relativement récent, bien que certains débuts aient été déjà amorcés. À titre d’exemples d’entreprises de ce genre: les deux Unités du Nord-Est du Brésil (Fortaleza et Recife), quatre Unités dans le Sud-Est Asiatique (Ipoh, Cebu, Manille, Bangkok), les deux Vice-provinces du Paraguay, enfin Vienne et Munich. Là encore, le but premier, en adoptant ce modèle (tout comme les autres), est de servir la mission en faisant appel à de nouvelles ressources et non pas simplement en conservant les vieilles.

Dans le modèle de fédération, les Provinces se mettent ensemble selon un cadre relativement stable, mais avec une organisation plus souple qui permette de conserver leur identité tout en collaborant à l’intérieur de la fédération et en contournant un isolement malsain. Cela les a rendues capables de prendre des risques et de créer de nouvelles initiatives pour la mission.

Voici les trois éléments-clé de ce modèle:

(1)   Les confrères réunis dans des unités fédérées apprennent à connaître assez bien la réalité de chacun. Ce faisant, surgissent un enrichissement mutuel d’idées, de solidarité et de synergie dans le support et l’encouragement l’un de l’autre. Des moyens pratiques de travailler ensemble apparaissent.

(2)   Ils existent des moyens structurés et permanents pour clarifier les objectifs de la mission, tout en gardant en priorité les besoins pastoraux des populations.

(3)   Il existe une structure appropriée pour les décisions: peut-être un «Praeses» nommé ou une Commission Permanente de la fédération et une rencontre annuelle de ce qui ressemble à un Chapitre, lequel serait muni d’un pouvoir de décision.

Vos suggestions au sujet de ce modèle sont les bienvenues, en particulier concernant la manière de renforcer les structures qui permettent de prendre des décisions. De plus, quelles sont les implications de ce modèle en regard de la multiplicité des langues et de la pluralité des Églises (dans le sens de la Constitution 1)?

4.  Conférences

Nous offrons ici à votre examen un nouveau modèle tiré de nos délibérations en tant que commission. Ce modèle a surgi de nos réflexions sur les six Régions majeures. Tel qu’il est mentionné dans la préface, les Régions sont une structure relativement récente dans la Congrégation (vers 1970s) et, en réalité, ne se reflètent pas dans nos Constitutions. Nous nous sommes posés la question: Est-ce que les Régions sont en fonction de la mission? Si tel est le cas ou si nous continuons de choisir la structure régionale plus large, quel aspect de cette structure pourrait le mieux servir la mission de la Congrégation?

En réponse à ces questions, nous suggérons le concept ecclésial de ‘Conférence’ qui pourrait être une association d’unités dans une région ou une sous-région (ou selon une suggestion apportée dans l’ensemble de l’Europe, réunissant deux régions). Elle aurait un pouvoir décisionnel et un pouvoir exécutif plus étendus, comme cela existe présentement à l’intérieur des Régions. Cette structure serait motivée par le besoin d’apporter une réponse à des préoccupations et à des défis pastoraux plus larges comme, par exemple, la sécularisation et la migration. Ainsi nous pourrions parler d’une Conférence des Rédemptoristes du Brésil, d’une Conférence des Rédemptoristes de l’ensemble de l’Europe, etc.

Pour parler simplement, la principale différence entre une Région telle qu’elle existe et une Conférence réside dans le pouvoir de prendre des décisions et de les mettre en application. Cette façon de faire comporte des implications concernant la composition du Chapitre Général et du Gouvernement Général.

Comme ce modèle, de même que le suivant, sont relativement nouveaux et, dans une certaine mesure, transcendent les Régions, nous cherchons à connaître votre opinion, vos réactions et vos suggestions, en vue de procéder à des considérations nouvelles.

5.  Réseau d’unités

On envisage un réseau international ou une ‘alliance’ de toutes les Unités déjà engagées dans un secteur particulier de la mission de la Congrégation ou des Unités qui partagent le même intérêt dans ce secteur.

Par ‘secteur particulier’ nous référons à deux possibilités: (1) un secteur géographique particulier comme le continent africain; (2) un secteur où un besoin pastoral comporte des défis spécifiques, comme l’évangélisation dans un monde sécularisé.

Le premier exemple sera examiné plus en détail plus loin dans ce document, lorsque nous offrirons la proposition suivante pour l’Afrique:

Nous proposons l’établissement d’un réseau international de toutes les Unités déjà engagées dans la mission de la Congrégation en Afrique et des autres Unités qui, à l’avenir, pourraient désirer s’engager dans ce continent.

Il y aurait une rencontre régulière de ce nouveau corps réuni en réseaux dans le but de connaître les défis propres de la mission dans ce secteur, de partager les questions concernant les préoccupations et les politiques communes, de partager les ressources financières et de devenir un instrument pour l’établissement d’initiatives et de structures variées. Cela pourrait s’appliquer aussi bien à un réseau qui regroupe un secteur géographique et à un réseau qui s’intéresse à un besoin pastoral particulier.

Nous croyons qu’un tel arrangement ‘en réseau’ serait plus efficace et exprimerait plus de solidarité, plutôt que d’avoir des Unités travaillant de façon parallèle comme ce fut le cas dans le passé.

Votre réponse aux modèles

Encore une fois, nous faisons appel à vous à l’intérieur de vos communautés, Unités et rencontres régionales, pour que vous discutiez de ces modèles et fournissiez vos réactions, afin de savoir s’ils peuvent être plus efficaces ou de quelle façon ils pourraient l’être dans la poursuite de la mission de la Congrégation.

B.    Le Gouvernement Général

Pour réorganiser la mission de façon plus efficace, nous avons besoin de reconnaître l’autorité dévolue au Gouvernement Général selon nos Constitutions. Quand il s’agit de sujets tels que notre réponse aux nouvelles exigences pastorales, aux nouvelles formes de mission ou aux nouveaux modèles concernant la structure de notre mission, nous affirmons et acceptons l’initiative propre au Gouvernement Général. Ce point est crucial. Nous sommes une Congrégation internationale qui vit dans une ère qui nous entraîne tous vers une réalité universelle. La solidarité internationale dans la mission est vitale, au moment où nous entrons dans le 21e siècle. Le Gouvernement Général, pour sa part, exerce une mission et un ministère particuliers à cet égard.

En disant cela, nous ne désirons pas diminuer l’initiative et la responsabilité de la mission en l’intérieur des Unités et entre chacune d’elles. Nous croyons que ce document s’adresse précisément à cette question. Néanmoins, un aspect vital de la restructuration consiste à considérer le rôle et l’autorité du Gouvernement Général.

C.    Communautés internationales et Communautés inter congrégations

Là où la mission l’exige, nous devons être préparés à former des communautés internationales, en ayant à l’esprit les différents modèles proposés plus haut. Le concept de communauté internationale continue de nourrir l’imagination de plusieurs confrères, mais il a besoin d’être examiné avec plus de soin, en portant attention aux questions préalables concernant une préparation adéquate, les limites de l’autorité, le besoin de rendre compte et le partage des ressources.

Quel est votre avis et quelles sont vos suggestions concernant les communautés internationales?

En lien avec cela, mais plus encore avec l’urgence de la mission et du ministère comme premier motif, apparaissent le concept et l’expérience de communautés inter congrégations qui a besoin d’être examiné davantage. Nous devons porter également une attention toute spéciale à la collaboration avec les laïcs et aux moyens selon lesquels cette réalité peut faire l’objet d’une réflexion concernant l’avenir de notre vie communautaire apostolique.

Section III
Les Régions

Introduction

Dans cette section, nous offrons des propositions pour chaque Région. Nous vous demandons de considérer ces propositions et nous aimerions recevoir vos réactions. Nous accueillons également des suggestions concernant d’autres propositions qui aideraient à notre restructuration en vue d’une mission plus efficace. Il peut être préférable de commencer par les propositions qui concernent votre Région, mais nous vous encourageons aussi à réfléchir sur les propositions présentées pour l’ensemble des Régions.

Europe du Nord et Europe du Sud

En Europe, les Provinces de la Congrégation sont présentement organisées en deux Régions: l’Europe du Sud et l’Europe du Nord. La Commission rapporte sur les deux Régions réunies ensemble: ceci est important. Nous croyons que les Provinces de ces Régions auront à trouver de nouvelles façons de travailler ensemble, à travers les Régions; éventuellement, peut-être, elles feront place à une seule Région.

Propositions

1.     En regardant l’Europe dans son ensemble, le plus grand défi de la Congrégation est de sortir les confrères de la dispersion, de l’isolement et d’une lutte pour leur survie, afin d’entrer dans une conception partagée de la mission.

Nous devons avoir à l’esprit que la Congrégation court le risque de cesser d’exister dans de vastes secteurs de l’Europe.

Nous devons également nous souvenir que pour bien des gens qui vivent au cœur même de l’Europe, la réalité, c’est une vraie pauvreté: pauvreté tant au plan religieux que culturel et économique.

Nous proposons que les (V-) Provinces d’Europe (les deux Régions ensemble) cherchent à identifier des stratégies propres à soutenir la contribution des Rédemptoristes en vue de la ‘nouvelle évangélisation de l’Europe’, proclamée par les chefs de notre Église. Nous demandons que les rencontres régionales de l’année 2006 en Europe du Nord et en Europe du Sud forment une Commission chargée d’organiser un Colloque sur ‘Une contribution Rédemptoriste à la nouvelle évangélisation de l’Europe’.

Nous suggérons que ce Colloque ait lieu en 2007.

En ayant à l’esprit, parmi maintes considérations:

-    les disponibilités que les sanctuaires et les lieux de pèlerinage offrent aux Rédemptoristes à cet effet.

-    Les vastes andains de pauvreté religieuse, culturelle et économique, qui se trouvent en plein cœur de l’Europe. Songeons, par exemple, à certaines zones de l’Allemagne de l’Est et de la République Tchèque: La sensibilité propre aux Rédemptoristes envers les plus abandonnés a un sérieux examen de conscience à faire.

Nous reconnaissons la difficulté d’organiser un pareil Colloque. Il y a danger que ce ne puisse être qu’un simple ‘échange de‘points de vue’, dépourvu de réalisme. Il faudra déployer des trésors d’ingéniosité pour éviter ce danger. Néanmoins, en dépit des pièges possibles, nous croyons que c’est un risque nécessaire.

2.  Nous proposons le développement d’une mission Rédemptoriste nouvelle, cohérente, adaptée aux populations qui migrent à travers l’Europe, surtout les immigrants qui sont catholiques.

Il est évident qu’une telle mission devra être entreprise en collaboration avec les laïcs et avec d’autres congrégations religieuses. Il va de soi également qu’une telle mission cohérente à travers l’Europe exigera de la part des (V-) provinces de trouver des nouvelles façons de travailler ensemble. Cela exigera aussi de travailler conjointement avec des Provinces d’autres Régions.

3.  Nous proposons que les (V-) Provinces d’Europe établissent un réseau international qui soit consacré au ministère auprès des jeunes.

4.  Nous proposons que les deux Régions demeurent en place pour le moment.

La raison en est que la structure regroupant les deux Régions porte vraiment du fruit à l’heure actuelle. Dans l’Europe du Sud, cette structure prête main forte d’abord à la formation et, dans une certaine mesure, à la formation continue. Dans l’Europe du Nord, elle crée des liens fort utiles entre les (V-) Provinces qui étaient séparées ou isolées l’une de l’autre dans un passé récent.

Cependant, il y a d’autres fonctions et d’autres besoins fort importants dans le domaine de l’organisation, qui ne sont pas bien comblés par la présente structure en deux Régions. Il manque, en Europe, une vision nouvelle et cohérente concernant la mission Rédemptoriste. Nous pensons que les Provinces de ces Régions devront trouver de nouvelles façons de travailler ensemble, à travers les Régions; éventuellement, peut-être, en se fusionnant en une seule Région. Nous cherchons à connaître votre avis à cet égard.

Asie-Océanie

Les confrères de la Région d’Asie-Océanie travaillent dans un vaste secteur de diversité culturelle, sur une grande étendue géographique et parmi d’immenses bassins de population. La Commission reconnaît la complexité de la réalité de l’Asie -Océanie. Une telle complexité présente certains défis et certaines difficultés quand il s’agit de réorganisation et de restructuration. Ces dernières années, dans le but de faciliter la communication et l’interaction sur une plus grande échelle, la Région fut divisée en quatre Sous-régions. Ces Sous-régions ont obtenu des succès limités en essayant d’implanter une plus grande collaboration entre les Unités de la Congrégation à l’intérieur de la Région. Cependant, la Commission croit fermement que la réorganisation à l’intérieur de cette Région serait davantage facilitée par les Unités de la Région si elles travaillaient ensemble plutôt qu’au niveau des Sous-régions. C’est notre conviction que cela déboucherait sur un sens plus clair de notre mission comme Rédemptoristes en Asie-Océanie à l’heure actuelle et, en même temps, éviterait le danger qu’une Unité particulière se sente isolée ou sans appui. Une telle réorganisation faciliterait également une plus grande collaboration et une plus grande solidarité à l’intérieur de la Région, grâce au partage des idées et des stratégies concernant l’évangélisation et habiliterait la Région à regarder au-delà de ses propres frontières.

La Commission formule les propositions suivantes:

1.    Que la présente Région d’Asie-Océanie soit réintégrée à l’intérieur de la Conférence des Rédemptoristes d’Asie-Océanie. Que toutes les Unités de la présente Région fassent partie de la Conférence. Que les supérieurs majeurs se rencontrent chaque année afin de contrôler, de réfléchir, de discuter et de prendre des décisions concernant la vie apostolique Rédemptoriste à l’intérieur de la Conférence. Le gouvernement interne et l’autorité chargée de prendre des décisions au nom de la Conférence a besoin d’une plus ample réflexion et d’échanges plus approfondis. À ce sujet, nous aimerions connaître votre avis.

1.1          Voici les besoins spécifiques à l’intérieur de la Conférence auxquels il faut répondre: par exemple, la formation initiale, les nouvelles initiatives pastorales, les finances et la possibilité d’accéder aux demandes de nouvelles fondations dans des pays où nous ne sommes pas encore présents. La Commission propose qu’à l’intérieur de la Conférence, soit établie une «Fédération» regroupant les différentes Unités, afin de répondre plus efficacement à ces besoins. Un exemple d’une telle Fédération serait le présent arrangement qui existe entre Cebu, Manille, Bangkok, Ipoh et Canberra, concernant la formation initiale et entre Ipoh, l’Indonésie et Cebu, en relation avec la mission à Bornéo. De plus, on a besoin d’une réflexion plus approfondie concernant les prises de décision par l’autorité de telles Fédérations. De même, nous attendons votre avis sur ce sujet.

1.2     Voici des défis particuliers au sujet de la prédication de l’Évangile dans certains pays de la Région où les cultures sont passablement sécularisées et consuméristes, tels que l’Australie, le Japon et la Nouvelle-Zélande. La Commission propose qu’un «réseau» soit établi dans lequel les confrères de ces unités puissent rencontrer et interagir avec des confrères d’autres Régions qui vivent et exercent leur ministère dans des situations similaires; par exemple l’Afrique du Sud, Londres, Dublin et la Région de l’Amérique du Nord. Un réseau semblable pourrait être établi, par exemple, afin d’examiner la question concernant la meilleure façon de répondre aux besoins pastoraux des peuples indigènes.

2.  Conformément au Principe Directeur #5 cité plus haut (page 6 ), la Commission demande que la Rencontre Régionale de juillet 2006 établisse une Commission chargée d’organiser un Colloque sur «La Mission Rédemptoriste en Asie-Océanie au 21e siècle», afin d’aider les Unités de la Région à discerner la meilleure façon de répondre aux besoins pastoraux des peuples de cette région et de définir des stratégies qui puissent faciliter une telle réponse, ayant toujours à l’esprit le mandat de prêcher l’Évangile aux pauvres et aux plus abandonnés.

2.1.    Le Colloque portera également attention et donnera l’importance qui sont dues aux Sanctuaires de Baclaran et de Singapore, en vue de prendre des décisions concrètes sur la façon de renforcer la présence Rédemptoriste et de renouveler notre engagement concernant cet aspect important de notre tradition et ces deux endroits de mission en Asie-Océanie. On espère qu’éventuellement, il y aura une Commission établie au niveau de la Congrégation afin de faciliter le développement de nos sanctuaires au plan universel.

Nous reconnaissons la difficulté d’organiser un tel Colloque. Il y a danger que ce ne puisse être qu’une simple parlotte dépourvue de réalisme. Cela demandera une bonne dose d’ingéniosité pour éviter ces dangers. Néanmoins, en dépit de pièges possibles, nous croyons que le risque en vaut la peine.

3.     La réflexion théologique sur l’expérience pastorale «à la fine pointe» est une composante vitale de notre héritage alphonsien. Dans l’Asie-Océanie, les confrères sont constamment confrontés à une pauvreté déshumanisante, au fondamentalisme religieux, au nationalisme militant, au mépris des droits humains et à la destruction de l’environnement. En Asie-Océanie, également, le dialogue du christianisme avec les autres religions est une préoccupation majeure.

Nous proposons l’établissement en Asie-Océanie d’un centre de réflexion théologique portant sur les questions qui sont cruciales pour la missiologie d’aujourd’hui, en particulier le dialogue avec la culture, les religions et les pauvres. Ce centre, bien que basé en Asie-Océanie, devrait être considéré comme un projet et une ressource pour toute la Congrégation. On devrait réfléchir sur la répartition des ressources et du personnel.

L’Amérique du Nord

Ce que nous, dans la Congrégation, nous appelons la Région de l’Amérique du Nord comporte d’une diversité et d’une complexité que nous ne devons pas perdre de vue. Elle réunit ensemble, par exemple, les (V-) Provinces des Etats-Unis, du Canada. La Province de Yorkton exprime la réalité d’une Église distincte. Il y a les communautés des confrères brésiliens et polonais vaquant au service de besoins particuliers et aussi les confrères de la Vice-Province Extra Patriam. Un bon programme de restructuration pour l’avenir ne doit pas perdre de vue cette diversité.

Les (V-) Provinces de la Région de l’Amérique du Nord ont entrepris une restructuration majeure, ces dernières années: restructuration des (V-) Provinces, des instituts de formation et des ministères. La restructuration est une réponse à une réduction vraiment dramatique du nombre des confrères disponibles, mais, elle est aussi – felix culpa – une occasion de développer de nouvelles initiatives dans le ministère, une collaboration plus efficace, par exemple, dans la formation.

De gros efforts ont été déployés concernant la restructuration à l’intérieur des Provinces ou dans la création d’une union des Provinces. Cela a demandé une grande somme d’énergie et, presque inévitablement, on a dû déployer un effort considérable pour procéder à des arrangements au niveau interne.

1.     Nous proposons que les (V-) Provinces de la Région organisent un Colloque sur ‘La mission Rédemptoriste en l’Amérique du Nord contemporaine: une recherche en vue d’une vision commune’.

Avoir à l’esprit, parmi maintes considérations:

·       La diversité de la ‘Région’;

·       La sensibilité Rédemptoriste à l’égard des non-pratiquants devrait faire l’objet d’une considération majeure, de même que la pertinence des nouveaux mouvements d’évangélisation;

·       Le défi d’annoncer l’Évangile dans des cultures marquées par la sécularisation et le consumérisme.

Nous reconnaissons qu’il y a danger qu’un tel Colloque puisse n’être qu’une simple parlotte, dépourvue de réalisme et que cela suppose un effort considérable d’ingéniosité pour éviter ce danger. Nous reconnaissons que cela requerra une grande somme d’énergie qu’il n’est pas toujours facile de rassembler. Néanmoins, malgré les pièges possibles, nous soumettons ce projet à votre attention, tout en croyant qu’il peut être un risque nécessaire.

2.     La restructuration en vue de l’avenir devrait être apte à soutenir la diversité qui règne dans la Région et à soutenir également la collaboration à tous les niveaux de la Région.

Pourrait-il arriver que dans certains cas, - pour quelques groupes de (V-) provinces, la collaboration selon le modèle suggéré de «fédération» soit bénéfique?

Cela se produirait avec et sans écarter les avantages de la collaboration au niveau Régional (comme cela arrive dans la ‘Conférence’ Régionale) qui a connue un fort bel essor dans la Région ces dernières années.

3.     L’Amérique du Nord est un lieu très important du mouvement des immigrants, dont un bon nombre sont catholiques.

Nous proposons l’établissement d’une Commission nord-américaine chargée de développer davantage la mission Rédemptoriste destinée aux immigrants à travers l’Amérique du Nord.

Il est vraisemblable que cela inclue un travail accompli en partenariat avec les (V-) provinces d’autres Régions et il appert qu’une telle mission devrait être entreprise en collaboration avec les laïcs et les autres congrégations religieuses. Il y a aussi les liens à créer avec le ministère Rédemptoriste auprès des immigrants qui s’accomplit dans d’autres Régions.

Une part de ce ministère consiste dans le soutien des vocations parmi les populations immigrantes.

4.     Les Provinces de l’Amérique du Nord ont une longue tradition de prêter main forte au développement des autres Provinces, surtout les plus dépourvues. Une façon de poursuivre cette tradition pourrait consister à penser à travailler en alliance avec d’autres Provinces à des projets particuliers.

Dans le secteur de l’Afrique, il est proposé que les Provinces ayant charge de projets dans cette Région – ou les Provinces qui désirent aider et supporter la Région – travaillent ensemble sous forme d’Alliance ou de Réseau. Le réseau serait un véhicule pour le développement, le support et l’aide pour la mission Rédemptoriste en Afrique et un forum pour un échange réciproque de connaissances et un enrichissement mutuel.

5.     Nous proposons que la décision d’établir une nouvelle communauté internationale engagée dans l’apostolat au Sanctuaire de Sainte-Anne de Beaupré soit encouragée.

6.     Les Confrères de la Vice-province Extra Patriam s’adonnent à des besoins pastoraux distincts, mais il y a danger d’isolement. Nous proposons que les responsables de la Vice-province Extra Patriam invitent les confrères d’autres (V-) provinces de la Région à les visiter et à mieux connaître leur ministère et leur réalité. On devrait explorer la possibilité de projets conjoints où chaque partie y trouverait son profit.

L’Amérique latine et les Caraïbes

Environ le tiers des confrères de la Congrégation vivent dans cette Région. Son développement est particulièrement significatif; ses structures en vue d’une mission efficace sont importantes.

Pour ce qui est des rencontres régionales, la Région de l’Amérique Latine et les Caraïbes n’abondent pas en initiatives. C’est au niveau des trois Sous-régions qu’il se fait un effort efficace concernant la formation et la mission au-delà des frontières Provinciales. Ces Sous-régions sont: L’Union des Rédemptoristes du Brésil (URB), le Nord de l’Amérique Latine et la Sous-région des Caraïbes, ainsi que l’Union des Rédemptoristes du Sud de l’Amérique Latine (URSAL). Dans ces Sous-régions, il se fait une réelle collaboration, dans la première formation, dans la formation continue des confrères et dans l’aptitude à répondre aux besoins urgents de la mission.

Cependant, il reste beaucoup à faire. Dans chaque Sous-région, certaines Unités sont vraiment faibles et, dans d’autres Unités, il est difficile de travailler ensemble, (à cause de la diversité des mentalités et des problèmes sous-jacents. Il existe également des difficultés à prendre des décisions et à les appliquer en vue d’une mission efficace, tant au niveau Régional et que Sous-régional.

La restructuration à l’avenir doit tenir compte de ces défis.

1.     Pour faciliter une meilleure prise de décision et d’application, nous suggérons qu’au niveau Sous-régional, on envisage la possibilité d’adopter le modèle Conférence.

Au niveau régional, nous proposons que les Coordonnateurs des Sous-régions (ou des Conférences) forment une Commission permanente dont le rôle serait le développement de la solidarité dans les entreprises missionnaires Rédemptoristes, la formation et les finances.

Les tâches de la Commission incluront:

(1)   le discernement concernant les nouvelles propositions concernant la mission.

(2)   le développement de la solidarité au-delà des frontières Provinciales.

(3)   l’ouverture aux alliances concernant la mission auprès des pauvres dans les autres pays.

(4)   les questions de restructuration qui sont proposées pour la Région.

2.     Il y a des cas où des (V-) Provinces ont déjà développé des structures de partenariat, quelque chose qui se situe dans la ligne du modèle proposé de Fédération. Nous suggérons que ce projet puisse aller de l’avant et s’élargir davantage, surtout en ce qui concerne le support des (V-) provinces dont les ressources sont limitées.

3.     Nous proposons que chaque Sous-région (ou Conférence) dresse une ‘Ratio’ commune pour la formation initiale dans la Sous-région.

Le but est d’aider à développer une compréhension commune de l’identité Rédemptoriste qui serait partagée par tous les jeunes confrères de la Région et, de cette façon, de faciliter une plus grande collaboration au-delà des frontières des Provinces – comme notre mission l’exigera encore davantage dans les années à venir.

4.     Une saine poursuite des traditions intellectuelles de la Congrégation à travers le monde ne saurait être assurée sans une sérieuse contribution de la part des confrères de cette Région.

Nous proposons que les Provinces de cette Région donnent priorité à la formation de candidats valables, dans l’intention de poursuivre nos traditions intellectuelles et théologiques.

Afrique

Introduction

De nos jours, le continent africain lutte pour en arriver à définir sa place dans la communauté internationale. De la même façon, le reste du monde se demande quel est le rôle de l’Afrique et quelle est son identité dans l’ordre global des choses.

Il semble qu’il se fait une discussion parallèle à l’intérieur de l’Église en général et dans la Congrégation en particulier. En tant que Rédemptoristes, nous sommes impressionnés par la fragilité de nos fondations nouvelles et de celles un peu moins récentes qui se trouvent dans ce vaste continent, caractérisé par l’extrême pauvreté, la guerre, la migration des peuples et la maladie, dont la plus évidente et la plus sérieuse est le Sida (HIV/AIDS). Nous admirons le courage et la persévérance de nos confrères qui continuent de proclamer la rédemption abondante, envers et contre tout.

En tant que commission pour la restructuration, nous offrons les propositions suivantes à l’adresse de la région africaine, conscients qu’à certains égards, l’accent est mis plutôt sur la structuration initiale que sur la restructuration. Nous ne saurions pas envisager une ‘Conférence’ pour l’Afrique au stade où nous en sommes.

Propositions

1.     Nous proposons l’érection d’un réseau international de toutes les Unités déjà engagées dans la mission de la Congrégation en Afrique et des autres Unités qui pourraient désirer un engagement futur dans ce continent.

Nous recommandons une rencontre régulière de cet organisme, ayant pour but d’apprendre sur les défis de la mission africaine, à échanger des questions sur les préoccupations et les politiques communes, à partager les ressources financières grâce à l’établissement d’un fonds pour l’Afrique et à devenir un instrument pour l’établissement de diverses structures et de diverses initiatives; quelques-unes seront expliquées plus en détail un peu plus bas.

2.     En lien avec le réseau africain, il y aurait l’établissement d’une Commission permanente pour l’Afrique.

Un pas a déjà fait dans ce sens avec la formation d’un noyau de quatre confrères, comprenant le Consulteur Général pour la Région, le membre de la Commission pour la Restructuration venant d’Afrique de même que les coordonnateurs anglophones et franco-portugais. S’ajouteront trois membres nommés par le réseau ci-haut mentionné.

Le rôle de la Commission Permanente serait de faciliter les rencontres du réseau, de former et de superviser le secrétariat recommandé dans la proposition suivante et de veiller sur l’administration du ‘fonds pour l’Afrique’, en collaboration avec le Gouvernement Général et le Secrétariat Général pour les Finances.

3.     Nous proposons l’établissement d’un secrétariat intra-africain pour l’inculturation, la missiologie et la spiritualité.

Le secrétariat tomberait sous la tutelle du réseau décrit plus haut. Il sera motivé par les questions suivantes: «Que signifie être Rédemptoriste en Afrique aujourd’hui? Par quels moyens l’Évangile peut-il s’incarner dans la réalité multiculturelle du continent»?

Tandis que le secrétariat peut réclamer séparément des collaborateurs francophones, portugais et anglophones, nous sommes portés à encourager autant que possible un effort combiné. Fidèle à l’esprit de l’Église universelle dans son document synodal L’Église d’Afrique, une attention Rédemptoriste particulière orientée vers l’inculturation, la missiologie et la spiritualité, mettrait tout ensemble le meilleur de notre réflexion théologique, de notre vie apostolique et de notre collaboration dans la formation à l’intérieur de l’Afrique. En même temps, nous sommes enclins à recommander des rencontres régulières avec l’Institut Rédemptoriste similaire sur le dialogue inter-religieux qui se trouve en Asie. Nous aimerions encourager également la collaboration avec les autres Instituts religieux d’Afrique.

4.     Les structures déjà en place en Afrique concernant la collaboration dans la formation ont besoins d’être consolidées. Nous encourageons une ouverture au potentiel de ressources que le Secrétariat sur l’inculturation sera, en temps utile, en mesure d’offrir. Les mêmes recommandations pourraient aussi s’appliquer à la formation continue, par exemple concernant la préparation commune aux derniers vœux.

Malgré les difficultés et la diversité, nous proposons une Ratio commune pour toute l’Afrique et une politique commune concernant les vocations; elle serait composée des divers secrétariats de formation en collaboration avec le secrétariat intra-africain sur l’inculturation, la missiologie et la spiritualité.

5.     Nous proposons une politique générale et des points de référence servant à financer la formation initiale à l’intérieur de la Région africaine. Ils seraient établis conjointement par le Secrétariat Général pour les Finances et par les Unités concernées.

L’initiative déjà prise par le Secrétariat Général des Finances à cet égard et soutenue par le support financier de toute la Congrégation pour la formation initiale en Afrique est la bienvenue.

6.     Nous espérons que tout ce qui a été dit plus haut puisse porter fruit dans une nouvelle fondation qui serait située dans un pays d’Afrique où la Congrégation est encore absente.

Nous proposons qu’une telle fondation soit internationale et puisse répondre aux urgences pastorales en fidélité avec le charisme et la mission de la Congrégation. Elle impliquera la proclamation explicite de la Parole et les projets sociaux ou de développement, en collaboration avec des partenaires laïcs dans la mission.

Conclusion

À maints égards, cette conclusion demeure ouverte, en ce sens qu’elle vous invite à prolonger la discussion. Ce que nous avons soumis à votre attention est simplement ‘un document de travail’.

Ce n’est pas un document final. La prochaine rédaction du document sur la restructuration ne prendra forme qu’après les rencontres Régionales du milieu du sexennat, lorsque surgira l’opportunité d’un dialogue et d’un débat sur ce que nous avons offert jusqu’à présent.

Voilà pourquoi, il est crucial pour notre procédé que nous recevions des réponses à cette première ébauche. Pour conclure, nous fournissons une liste de nos adresses électroniques. Toutes les contributions seront les bienvenues; cependant, à toute fin pratique, nous espérons recevoir le plus de réponses possibles des rencontres régionales auxquelles les membres de la Commission pour la Restructuration seront eux-mêmes présents.

Ne figure pas dans ce brouillon, tout en faisant partie de notre mandat, c’est la question de la composition du Chapitre Général. Cela fera l’objet de nos futures rencontres, surtout à la lumière de votre réaction face à la discussion présente concernant les principes directeurs et les modèles de restructuration, de même que nos propositions pour les Régions.

Membres de la Commission

Juan Lasso de la Vega (Europe-Sud)
[jmlasso@terra.es]

Con Casey (Europe-Nord)
[provlig@eircom.net]

Brendan Kelly (Asie-Océania)
[bjkcssrcb@yahoo.com.ph]

Ulysses da Silva (Amérique Latine et les Caraïbes)
[peulysses@yahoo.com.br]

Guy Pilote (Amérique du Nord)
[gpilote@cssr.net]

Larry Kaufmann (Afrique)
[larrykaufmann@telkomsa.net]


[1] ‘(V-) provinces’ – quand ce terme est utilisé, nous voulons nous référer, dans le but de les inclure, toutes les unités distinctes de la Congrégation: Provinces, Vice-provinces, Régions, Missions.