Documents et Communications   

Rome, le 15 juin 2004
Prot. N° 0000 132/04

 

Aux membres de la
Congrégation du Très saint Rédempteur

 

Mes chers confrères,

Grâce et paix de Dieu notre Père et de Notre Seigneur Jésus Christ.

Les Rédemptoristes ont pris le chemin balisé par le XXIIIème Chapitre Général vers une restructuration de la Congrégation. Dans le premier communicanda de ce sexennat, le Conseil Général a noté que, si le Chapitre a tracé la voie, beaucoup de détails doivent encore être clarifiés concernant le processus de cette restructuration. (Communicanda 1, 47-48). Ensemble avec les autres membres du Conseil, j’aimerais vous communiquer quelques-unes des décisions que nous avons prises et qui visent à appliquer la décision du Chapitre Général.

La préparation du premier communicanda a donné au Conseil Général une occasion de clarifier cette idée de restructuration. Et la réflexion s’est prolongée lors de notre session extraordinaire qui eut lieu les deux premières semaines de juin. À ce moment, nous pûmes écouter l’expérience de certains Supérieurs Généraux qui ont déjà réalisé une profonde restructuration, tels les Marianistes et les Oblats de Marie Immaculée. Le Conseil Général a consacré beaucoup de temps à chercher les principes directeurs qui nous aideraient à mettre en œuvre le programme du Chapitre. La principale de nos convictions est que nos structures doivent supporter la mission de la Congrégation; si une façon particulière d’organiser la Congrégation ne sert plus notre mission, alors nous devons chercher une structure meilleure.

Bien que nous acceptions que le Conseil Général ait une responsabilité distincte dans l’exécution des décisions capitulaires, nous sommes également convaincus qu’il est mieux de ne pas imposer d’ici une vraie restructuration. Notre Congrégation est un corps international, qui affronte des situations fort différentes, aussi n’y a-t-il pas de solution unique et simple, valant pour toutes les régions. D’autre part, le processus de restructuration ne devrait pas laisser isolés des groupes ou des individus, mais au contraire, renforcer les liens qui unissent tous les Rédemptoristes, car nous partageons le même charisme, quelles que soient les circonstances dans lesquelles nous annonçons la Bonne Nouvelle aux pauvres abandonnés. Le Conseil Général reconnaît que le processus de restructuration a besoin d’informations précises, compte tenu de la vaste expansion de la Congrégation aujourd’hui. En outre, nous croyons que le succès d’une restructuration sera douteux s’il n’y a pas un large support venant des confrères.

Ces convictions nous ont conduits à deux décisions importantes. Premièrement, nous avons déterminé comment former la commission de restructuration demandée par le Chapitre Général (cf. XXIIIème Chapitre Général, Orientations, 11.3). Deuxièmement, nous avons mis en œuvre une façon de regrouper les unités existantes de la Congrégation sur une base sous-régionale, afin d’engager plus effectivement les unité à rechercher de nouvelles structures, ainsi que de nouveaux projets de coopération et de solidarité. Laissez-moi expliquer brièvement ces décisions.

La Commission de restructuration

La Commission de restructuration sera composée de six membres, un pour chacune des grandes Régions de la Congrégation: Afrique, Asie, Europe du Nord et du Sud, Amérique Latine et Amérique du Nord. Durant les mois à venir, chaque supérieur majeur sera prié de nommer deux confrères de leur région, susceptibles d’entrer dans la commission. Pendant la prochaine réunion extraordinaire (du 30 août au 4 septembre 2004), le Conseil Général examinera toutes ces suggestions et choisira les six membres. Le Conseil Général propose de rencontrer les membres de la Commission en décembre de cette année. Lors de cette rencontre, nous espérons développer un plan de travail pour mettre en œuvre la décision du Chapitre. Bien sûr, nous tiendrons tous les confrères au courant du processus.

Regroupements sous-régionaux

En second lieu, le Conseil Général se propose de distribuer les unités de la Congrégation en groupes sous-régionaux, et de nommer un coordinateur pour chaque sous-région. Cet arrangement n’est pas une structure juridique et le coordinateur n’a pas de jurisdiction. Néanmoins nous attendons des résultats positifs de cette expérience, en croyant que cet arrangement donnera au Conseil Général et à la Commission de restructuration une représentatione exacte de la Congrégation aujourd’hui, ainsi qu’une appréciation des besoins futurs de sa mission.

Il existe des groupes sous-régionaux qui déjà travaillent ensemble depuis un certain nombre d’années. Par exemple les trois groupes sous-régionaux d’Amérique Latine ont déjà découvert une méthode efficace de travailler ensemble. En attendant de poursuivre nos consultations les mois à venir, nous prévoyons dès à présent quinze groupes sous-régionaux.

Amérique du Nord (2)

Canada: Sainte-Anne de Beaupré, Edmonton-Toronto, Yorkton

États-Unis: Baltimore, Richmond, Caraïbes anglophones, Denver, Extra Patriam

Europe du Sud (2)

Unités francophones: Lyon-Paris, Strasbourg, Belgique-Sud, Liban-Iraq, Vietnamiens

Unités latines: Rome, Naples, Madrid, Lisbonne

Europe du Nord (3)

Ouest: Dublin, Londres;

Centre: Vienne, Copenhague, Flandres, Cologne, Munich, Suisse

Est: Prague, Bratislava, Michalovce, Varsovie, L’viv, Russie-Kazakhstan

Asie (3)

Est: Tokyo, Kagoshima, Corée

Sud-Est: Manille, Cebu, Bangkok, Vietnam, Ipoh, Indonésie, R. P. Chine, Australie, Aotearoa – Nouvelle-Zélande

Sud: Bangalore, Alwaye, Mumbai, Colombo

Amérique Latine (3)

Nord: Mexico, Amérique Centrale, Cuba, San Juan, Haïti, Caracas, Bogotá, Quito, Pérou nord et Pérou Sud

Sud: Pilar, Asunción, Buenos Aires, Resistencia, Santiago du Chili, Bolivie

URB: Manaus, Fortaleza, Recife, Bahia, Rio de Janeiro, São Paolo, Goiás, Campo Grande, Porto Alegre, Surinam

Afrique (2)

Unités francophones et lusitophones: Matadi, Luanda, Burkina-Niger, Côte d’Ivoire, Madagascar, Mozambique

Unités anglophones: Afrique du Sud, Nigeria, Ghana, Zimbabwe, Kenya

Nous aimerions que les supérieurs majeurs de chaque groupe sous-régional se rencontrent au moins une fois par an avec le coordinateur, le Conseiller Général de la Région et ses membres siégeant à la commission de restructuration. Ces réunions considéreront l’avenir de la mission rédemptoriste dans cette sous-région, la formation de nos candidats et de nos membres (càd la formation à la fois initiale et continue) et les projets de coopération interprovinciale, y compris les communautés internationales. Nous pensons que les sous-groupes peuvent jouer un rôle important dans le processus de restructuration et, si possible, dans le renouveau continuel de la Congrégation elle-même.

Dans les mois qui viennent, les Conseillers Généraux contacteront les supérieurs majeurs de chaque sous-région, et les consulteront à propos des éventuels candidats au poste de coordinateurs. Les supérieurs majeurs de chaque sous-groupe seront priés de se consulter et de présenter au Conseil Général les noms de deux confrères susceptibles de devenir coordinateurs. Le Conseil Général examinera ces candidatures, avant de nommer les coordinateurs sous-régionaux en décembre de cette année. Le coordinateur ne doit pas être nécessairement un supérieur majeur, mais sera un confrère très au courant de la réalité des unités de son groupe sous-régional. Il devra prêter une sérieuse attention à cette responsabilité, bien que cette charge ne doive pas être une occupation à plein temps.

Les Conseillers Généraux demanderont aussi l’opinion des supérieurs majeurs concernant la division en sous-groupes. La division proposée ci-dessus par le Conseil Général peut être modifiée.

La sélection de la commission de restructuration et l’organisation du regroupement sous-régional peut se comparer au projet qui concerne notre église Sant’Alfonso à Rome. Nous avons commencé la rénovation du toit et des fondations – combien nécessaire – de notre cher sanctuaire qui abrite l’image originale de Notre-Dame du Perpétuel Secours. La première étape du projet est de dresser des échafaudages qui permettront aux ouvriers l’accès à toutes les parties de la structure. De la même façon, la commission et les groupes sous-régionaux permettront au Conseil Général de travailler efficacement avec tous les confrères en vue du renouveau de notre Congrégation. Nous sommes reconnaissants envers votre unité, pour vos prières et votre coopération active.

Fraternellement,

Joseph W. Tobin, C.Ss.R.
Supérieur Général