Documents et Communications   

Rome, 2 février 2004
0000 01/04

Aux Membres de la
Congrégation du Très-Saint-Rédempteur

Mes chers confrères,

Recevez les meilleures salutations de vos frères du Conseil général qui, comme vous, ont été mis à part pour annoncer l’Evangile de Dieu, concernant son Fils, Jésus Christ notre Seigneur (cf. Rm 1, 1-4). La congrégation s’est engagée dans un nouveau sexennat, au moment où nous commençons à vivre les con-séquences du XXIIIème Chapitre général. Quand les nouvelles du Chapitre se sont répandues dans la congrégation au cours des derniers mois, comme les auditeurs de Pierre à la Pentecôte, plusieurs Rédemptoristes ont demandé, «Que ferons-nous, Frères?»(Ac 2, 37). Dans cette lettre, je voudrais vous mettre au courant des premiers pas entrepris par le Conseil général pour répondre au Chapitre et vous inviter à vous joindre à nous pour discerner la volonté de Dieu sur nous au commencement de cette nouvelle période de six ans.

Comme les conseillers nouvellement élus avaient des engagements importants à remplir après le Chapitre, le Conseil général au complet n’a pu enfin commen-cer son travail qu’au milieu de décembre; avant la fête de Noël, nous avons surtout employé le temps pour nous connaître, pour prier ensemble et com-mencer à planifier notre service à la congrégation durant les six prochaines années. Nous avons repris ces réunions le 7 janvier et continué pour un autre dix jours. Etant donné que cinq des sept membres du Conseil sont au début de leur service, nous avons senti le besoin de consacrer la grande partie  de notre temps à nos relations interpersonnelles et à notre centre de gravité, notre re-lation au Christ, le Rédempteur. Je crois que nous avons fait un bon départ en bâtissant notre équipe et en approfondissant ce type d’amitié évangélique qui doit unir les membres de toute communauté Rédemptoriste.

A quoi avons-nous pensé durant notre premier mois du sexennat? Il est certain que nous faisons beaucoup d’efforts pour comprendre le Chapitre général, son analyse de la congrégation et sa vision pour les six prochaines années. Nous avons commencé à entrevoir quelques-unes des conséquences que comporte pour nous le thème Donner nos vies pour la rédemption abondante.

Pourquoi le Chapitre a-t-il proposé ce thème pour le sexennat? A mon avis, la décision n’a pas été totalement déterminée par la recommandation de l’Instru-mentum laboris. En fait, le Chapitre s’est senti libre de considérer un nombre possible de thèmes et le vote pour choisir ce texte particulier a été assez serré. Je sens le besoin de prier,  de méditer sur ce choix et de le discuter avec mes confrères, mais je crois aussi que la congrégation sent le besoin de considérer en profondeur le charisme qui infuse la vie dans notre vocation Rédemptoriste. En ce sens, les mots du thème ne représentent pas un slogan superficiel mais plutôt le discernement de la volonté de Dieu pour tous les Rédemptoristes hic et nunc – et un tel discernement est toujours un appel à changer. Pour les con-frères en particulier, pour les communautés et les (vice-) provinces et, en fait, pour toute la congrégation, Donner nos vies pour la rédemption abondante, est notre thème et doit faire une différence dans nos vies.

Pour nous, la porte d’entrée dans le thème sont les mots «rédemption abon-dante». Je crois que le XXIIIème Chapitre général nous enseigne que seule-ment si nous sommes captivés par l’appel de Dieu et si nous nous donnons sans réserve à Son plan sur nous, nous allons trouver le bonheur, la joie et la paix. Mais avant de faire certains plans pour comment répondre, je pense que nous avons besoin de nous laisser séduire toujours davantage par l’absolue bonté de l’amour salvifique de Dieu, donné en Jésus-Christ, le Rédempteur. L’abondance de l’amour salvifique de Dieu enthousiasma tellement Alphonse qu’elle le conduit à sa conversion à Jésus Christ, aux pauvres abandonnés et à la communauté. Jésus, dont l’incarnation, le mystère pascal et la présence eucharistique, tout ensemble, expriment la solidarité radicale de Dieu avec les hommes, devint le centre de sa vie et la raison pour se donner aux autres. La conversion d’Alphonse le conduit à préférer Jésus et à vivre la réalité de l’a-mour de Dieu dans les situations de marginalisation sociale et d’éloignement ecclésial. Et plus encore, Alphonse comprit que la conversion à Jésus-Christ doit être réalisée en communauté; c’est pourquoi il invita d’autres, qui ressen-taient le même désir de vivre ensemble, d’une manière qui assure une relation permanente avec cet amour abondant et cette préférence de Jésus Christ pour les pauvres.

Le thème, Donner nos vies pour la rédemption abondante, est un appel à la conversion, une convocation à chacun de nous de changer nos vues sur Dieu et sur nos vies, et en même temps, de considérer que les structures de notre con-grégation ont besoin d’être transformées afin que les Rédemptoristes soient plus fidèles, créateurs et audacieux, dans l’exercice pratique de la mission qui nous a été confiée. Le Chapitre a proposé deux formes pour cette conversion. D’abord les capitulaires invitent «tous les confrères et toutes les communautés à examiner de nouveau la conséquence de «l’acte qui engage toute notre vie missionnaire de Rédemptoristes», c’est-à-dire, notre profession religieuse», (Message, 4). Il était aussi clair pour les capitulaires que «la congrégation de-vrait affronter le défi de la restructuration au profit de notre mission» (Message, 11). Pouvez-vous voir comment ces deux défis, l’examen de notre profession religieuse ainsi que la proposition de la restructuration de la congrégation, sont  tous les deux des conséquences de notre thème du sexennat?

Un sérieux renouvellement de notre profession religieuse et la restructuration continuelle de la congrégation vont nous éloigner de certaines sécurités dans la vie qui empêchent une réponse sans réserve à l’amour abondant de Dieu. Après tout, est-il possible de donner une réponse plus inconditionnelle que de donner nos vies pour quelqu’un? Mais c’est cela que nous nous proposons de faire par notre profession, qui est à la fois «une réponse d’amour à ‘Celui qui nous a aimés le premier’ ainsi qu’un engagement pour «parvenir à cette dona-tion totale» (Const. 56). Au Chapitre général, j’ai parlé de notre profession religieuse parce que je crois que tout espoir de renouveau continu de notre Institut, même de sa «re-fondation», doit affronter sérieusement un nombre de questions qui touchent à notre identité comme expression du charisme Rédemptoriste. Que signifie être des communautés d’hommes consacrés aujourd’hui? Que signifie pratiquer la pauvreté, la chasteté et l’obéissance, dans la vie charismatique de missionnaires Rédemptoristes? Comment ces liens religieux, par l’engagement qui nous vouent à Dieu, sont-ils de soi apostoliques et nous rendent-ils plus missionnaires? (cf. Const. 54) Je suis convaincu qu’une évaluation complète et honnête de ces questions et d’autres connexes va inévi-tablement nous conduire au défi d’une conversion continuelle qui va nous mener d’un style de vie tranquille et assuré, par lequel nous avons dilué la réponse radicale de notre profession, vers une consécration totale à la mission du Christ, que nous vivons dans le renoncement à soi, la liberté et le zèle (cf. Const. 51).

Au Chapitre on consacra beaucoup de temps pour étudier l’idée de restruc-turation de la congrégation, afin de clarifier notre pensée sur cette importante question; à ce sujet le Conseil général a commencé à travailler sur  un docu-ment que nous espérons offrir à la congrégation vers Pâque. Alors nous de-vrions être prêts pour annoncer un processus en vue de mettre en pratique les orientations du Chapitre général. Nous voyons déjà la nécessité absolue de lier la restructuration au thème du sexennat Donner nos vies pour la rédemption abondante et sa convocation à la conversion à Dieu, aux pauvres abandonnés et à la communauté Rédemptoriste. Autrement, tout changement dans l’orga-nisation de la congrégation risque de devenir une simple question d’admini-stration plutôt qu’une expression de la conversion continuelle des Rédemp-toristes.

Dans nos premiers quatre mois ensemble, le Gouvernement général a traité un certain nombre de tâches précises. Le message, les orientations et les décisions du Chapitre général, ont été mis dans un format pratique et traduit dans plu-sieurs langues de la congrégation. Des livrets contenant ces textes ainsi que le message du Pape Jean-Paul II au Chapitre général sont sous impression dans sept langues. Ces documents sont déjà disponibles au secteur «membres» dans site web du Gouvernement général (www.cssr.com).

Avant de fixer le calendrier des activités pour l’année 2004, le Conseil général discuta longuement comment être présent à la congrégation, à la fois au temps des visites et aux autres moments importants de notre vie missionnaire. Nous avons approuvé un document de travail qui contient la façon dont nous com-prenons les visites générales ainsi que des modèles possibles de les exécuter. Ce document sera envoyé au supérieur (vice-) provincial et à son conseil, long-temps avant les visites pour aider les visiteurs et les (vice-) provinces à décou-vrir le meilleur moyen de réaliser l’idéal de notre responsabilité pour la mission Rédemptoriste. Nous avons aussi décidé d’essayer de visiter en même temps les (vice-) provinces voisines afin de concentrer notre énergie sur une région particulière ou sur une sous-région. Nous croyons qu’ainsi nous obtiendrons une meilleure compréhension de la réalité de la congrégation, et nous pourrons mieux promouvoir une plus grande solidarité et une plus efficace coopération entre les Rédemptoristes. La marche que nous avons développée nous fournit aussi des stratégies pour maintenir le dialogue entre le Conseil général et les unités après la visite.

Enfin, nous avons pu discuter pour savoir quel type de corps consultatifs, nous aurons besoin durant ce sexennat, comme les secrétariats et les commissions. Nous sommes d’accord d’établir huit secrétariats généraux pour traiter ces secteurs de notre vie : évangélisation, formation, spiritualité Rédemptoriste, association avec les laïcs, les Frères Rédemptoristes, le ministère des jeunes et des vocations, les finances et les questions concernant les Moniales Rédemp-toristines. La responsabilité de convoquer ces secrétariats a été confiée à un ou plusieurs consulteurs qui, au cours des prochains mois, vont contacter des membres possibles et déterminer les objectives de chaque groupe de travail. Nous n’avons pas eu le temps de traiter la question des commissions ou de l’opportunité d’un ou de plusieurs instituts pour servir la congrégation durant ce sexennat. Ces matières sont au programme de la prochaine réunion extra-ordinaire, du 31mars au 7 avril 2004.

J’espère que ces renseignements vous aident à comprendre comment le nou-veau Conseil général apprend à travailler ensemble et comment il prend au sérieux sa responsabilité de mettre en œuvre le programme qui a été fixé par le Chapitre. On doit dire, évidemment, que ce programme ne se réduit pas facile-ment à des buts ou objectifs, surtout quand l’élément central du programme regarde notre propre conversion. Mais ces quelques premières réflexions du thème de ce sexennat laissent aucun doute que nous sommes invités à changer. Et, alors qu’il est possible de changer sans grandir, il est impossible de grandir sans changer.

Marie,  telle que présentée dans l’évangile de Luc, nous donne un moyen d’en-trer dans le thème de ce sexennat. Le troisième évangile décrit  Marie comme celle qui «retenait tous ces événements en en cherchant le sens» (Lc 2, 19). La volonté de Dieu dans les événements de sa vie n’est pas immédiatement évi-dente à Marie. Mais elle n’écarte pas ce qui lui arrive, plutôt elle en transporte l’expérience dans le sanctuaire de son cœur, confiante que Dieu fera éven-tuellement voir ses intentions. Alors que nous commençons ce sexennat, je vous demande de porter le message du Chapitre général, surtout le thème pro-posé, dans le refuge de votre cœur et de chercher à comprendre ce que Dieu nous demande aujourd’hui. Priez pour que toute la Congrégation accepte le don qui nous est offert: la grâce de la conversion à Jésus-Christ, aux pauvres abandonnés et à notre communauté.

Votre frère en Alphonse

Joseph W. Tobin, C.Ss.R.
Supérieur général