Communicanda 1991-1997   

 

Communicanda 2


Rome, 14 janvier, 1994
Prot. N. 0007/94

L'Unité dans la Diversité

Chers confrères,

1.     Plus de deux ans se sont écoulés depuis le XXIème Chapitre Général. Pendant ce temps, le Conseil Général s’est uni à la Congrégation pour réfléchir sur les conclusions de ce temps de grâces. Avec vous tous, nous avons essayé d’appliquer le contenu du Document Final, dans notre service de la Congrégation, aussi bien ici à Rome que lors de notre présence dans nos (V)Provinces et nos Régions.

2.     Nous vous avons déjà présente nos premières réflexions sur le thème proposé pour le présent sexennat. [1] Au cours de nos visites, nous avons écouté les expériences des différentes unités de la Congrégation. Nous avons continué à étudier les implications du thème dans notre vie de tous les jours dans notre propre communauté ici à Rome. Nous croyons que c’est le moment de vous partager nos pensées encore une fois.

3.     Nous observons qu'est apparue, dans les dernières décades, une plus grande reconnaisse de la grande diversité dans la vie de notre Congrégation. La décentralisation de notre gouvernement, l’essor de la coopération régionale, la liberté laissée aux unités locales d’adapter leurs méthodes apostoliques et leurs styles de vie communautaire aux demandes culturelles de leur peuple: tout cela a contribué à enraciner davantage la Congrégation dans l’Eglise locale et la société civile.

4.     Le principe d'inculturation fut fortement approuvé par le dernier Chapitre Général (Document Final [2] 13-21) et par le premier Communicanda du présent Gouvernement Général (3,1-3.9). Nous croyons que l'inculturation est une réponse adaptée aux signes des temps et un défi pour la créativité du missionnaire rédemptoriste d'aujourd'hui.

5.     Toutefois, nous nous demandons si le temps n'est pas venu de réfléchir sur ce qui doit unir les rédemptoristes, au delà de leur milieu culturel ou de leurs méthodes apostoliques particulières. La question de l'unité de la Congrégation nous fut en fait posée par le dernier Chapitre Général: "Nous demandons au Gouvernement Général qu'il cherche la convergence unificatrice du dynamisme évangélisateur, en respectant le légitime pluralisme culturel dans les méthodes pastorales" (DF, 14).

6.     En réponse à ce défi, nous voulons reconnaître la diversité des Rédemptoristes et, en même temps, promouvoir ce qui est essentiel pour notre vie apostolique et travailler sans cesse à sauvegarder l'unité de la Congrégation (Statut Général [3] 0120). Sans une idée claire de ce qui nous unit, nous risquons, inconsciemment, de devenir une quelconque fédération d'unités autonomes et de monastères indépendants, sacrifiant ainsi le puissant témoignage d'une congrégation religieuse universelle, qui trouve son unité au milieu de sa diversité.

7.     Nous commençons cette réflexion par une considération sur le pluralisme dans la Congrégation et en montrant comment on le reconnaît; nous exposons aussi quelques défis difficiles qu'il nous pose. Nous nous proposons ensuite de vous présenter ce que nous considérons être la base de notre animation de la Congrégation: les éléments de cette "convergence unificatrice du dynamisme évangélisateur". Nous vous demandons de considérer sérieusement ces éléments, parce qu'ils constituent le message que nous voulons apporter à toutes les unités de la Congrégation. Nous croyons qu'ils peuvent aider à clarifier davantage l'identité de tous les rédemptoristes d'aujourd'hui.

I.      Le pluralisme dans la Congrégation

8.     Il ne fait aucun doute que la Congrégation est répandue sur une immense étendue géographique, embrassant des cultures multiples et variées (DF, 14). Pratiquement chaque mois, les éditions de Communicationes et d'Informationes signalent le vaste éventail de situations ecclésiales, économiques, sociales et politiques dans lesquelles nous nous trouvons. Les Chapitres Généraux et d'autres rencontres internationales nous rappellent les parties bien différentes du monde dans lesquelles les Rédemptoristes vivent et travaillent.

9.     La pluralité des cultures que nous trouvons dans la Congrégation peut aussi être présente dans une seule unité (DF, 14), voir même dans une même Province. Dans la même région, le taux de naissance de quelques groupes de population diminue, alors qu'il croît dramatiquement dans d'autres. La migration des peuples ainsi que le flux des réfugiés peuvent subitement changer la face d'une même unité de la Congrégation. Les confrères d'une même Province se retrouvent souvent à faire du ministère dans des milieux culturels totalement différents.

10.   Durant les deux dernières décades, les efforts pour formuler les priorités pastorales ont reflété le pluralisme dans la Congrégation. Nous avons reconnu la diversité et la pluralité des situations humaines et ecclésiales des diverses régions (DF, 3). Nous admettons que les Rédemptoristes sont influencés par les puissants mouvements culturels et sociaux actuels (DF, 18).Il nous apparaît que des situations très différentes appellent de notre part des réponses variées et créatrices. Dans son rapport au Chapitre Général, le Supérieur Général jugea qu'un sain pluralisme des "urgences" pastorales était un motif d'espoir pour la vie apostolique de la Congrégation. [4]

11.   De plus, s'il y a eu jadis une certaine uniformité dans les styles de vie des communautés Rédemptoristes à travers le monde, ce n'est plus le cas. L'ordre du jour, la façon de s'habiller, les formes de prières communes, et les autres signes semblables d'une identité commune des Rédemptoristes varient maintenant grandement d'une région du globe à une autre.

Le pluralisme est accepté

12.   II est clair que nos Constitutions et nos Statuts encouragent les Rédemptoristes à être souples dans l'accomplissement de leur mission. Les circonstances dans lesquelles nous nous trouvons devraient déterminer notre réponse: "Compte tenu des circonstances, nous examinons soigneusement ce qu'il faut dire ou faire" (Constitution [5] 8). Le pluralisme est reconnu dans les peuples à évangéliser (SG 010-015) et aussi les formes possibles que l’évangélisation peut prendre (SG 016-024). Il n'y a pas de doute que notre loi propre envisage une variété de réponses missionnaires aux situations particulières, comme une expression valide, voire même nécessaire, de notre charisme rédemptoriste.

13.   L'organisation de nos communautés locales doit refléter la diversité du monde rédemptoriste: "Ces normes - auxquelles chacun aura à cœur de se tenir - seront telles qu'elles puissent s'adapter facilement à notre œuvre missionnaire, aux requêtes de l'Eglise, aux circonstances de lieu et de temps, à la culture et au caractère de la population" (C 45; cf. SG 041). Même les manières de vivre nos vœux tiennent compte des différences culturelles (SG 044-047, 048a).

14.   Les principes généraux du gouvernement dans la Congrégation ont démantelé les structures verticales trop centralisées du passé, dans l'espoir d'assurer ainsi "aux dispositions précisées par les Constitutions et les Statuts leur pleine dimension humaine et apostolique" (C.91). Les cinq principes fondamentaux de coresponsabilité, de décentralisation, de subsidiarité, de solidarité et de flexibilité (C. 92-96) donnent amplement d'espace pour une variété d'expressions du charisme apostolique rédemptoriste. De plus on recommande au Chapitre Général de choisir le Conseil Général de façon que toute la Congrégation soit de quelque manière reflétée dans le Gouvernement Général (SG 0124).

15.   Le pluralisme dans la vie et la mission de la Congrégation fut accepté durant les rencontres régionales qui ont précédé le récent Chapitre Général. Une rencontre nota comme un développement positif dans la vie communautaire rédemptoriste une plus grande tolérance pour les différences et une plus grande acceptation du pluralisme dans le style de vie. [6] Plusieurs Régions reconnaissent comme important de tenir compte de la particularité de leur mission dans la manière qu'ils structurent les expériences de la formation initiale. [7]

16.   Une autre Région voit le pluralisme dans la Congrégation comme une source de potentiel d'enrichissement:

Mais nous devons reconnaître parmi nous des façons différentes de comprendre la mission, l'Eglise, l'activité des laïcs, l'option pour les pauvres, etc. Cela veut dire que nous évoluons sous l'influence de différentes ecclésiologies ou visions de l'Eglise, Cela peut nous enrichir dans notre être et dans notre agir. [8]

17.   Le XXIème Chapitre Général, en proposant son but, affirmait la valeur du pluralisme présent dans la Congrégation.

Le premier souci du Chapitre est de promouvoir le bien de toute la Congrégation. Le Chapitre cherche à développer ce qui est essentiel pour notre vie apostolique, tout en reconnaissant la diversité et la pluralité des situations humaines et ecclésiales des différentes régions (DF, 3).

Le souci du Chapitre pour le principe dinculturation suppose la variété des situations dans lesquelles la Congrégation elle-même se trouve présentement et il demande des réponses missionnaires véritablement sensibles aux circonstances particulières (cf. DF, 13-21).

Plusieurs des recommandations du Chapitre dans deux secteurs d'un intérêt particulier: le ministère des jeunes et la collaboration avec les laïcs, conseillent la sensibilité aux nuances de la culture locale (DF, 56b, 59d).

18.   Le Chapitre Général souligne la variété des formes dans la vie commune des Rédemptoristes: "La communauté rédemptoriste revêt des formes multiples et-variées qui s'adaptent au pluralisme socio-culturel dans lequel vit la Congrégation (DF, 29). Il recommande aussi fortement à la Congrégation que sa recherche pour de nouvelles formes d'une authentique spiritualité rédemptoriste tienne compte de la réalité socio-culturelle de chaque unité (DF, 34c).

19.   Notre première étude du Document Final nous amena à affirmer que;

Cette diversité de la congrégation à travers les continents, qui s'exprime même en divers rites, est bonne et même nécessaire. Elle est un signe que nous communions aux peuples auxquels nous appartenons. Elle est le reflet de la catholicité de l'Eglise présente dans les diverses cultures. Elle est un appel pour chacun à ouvrir son esprit et son cœur à l'Esprit présent sur tous les continents (Communicanda 1, 4.1).

20.   Notre jugement sur la valeur de l'importance de l'inculturation pour notre activité apostolique, notre vie communautaire et notre spiritualité, a aussi été longuement discuté dans le Communicanda 1 (3.1–3.9).

21.   Cependant, notre reconnaissance de la diversité pour la congrégation n'est pas simplement théorique. Nous faisons tous les jours l'expérience de la richesse et des défis posés par la tâche de bâtir une communauté apostolique, où chacun des membres vient de culture différente, a reçu une formation théologique assez différente et a fait des expériences apostoliques variées. Notre engagement permanent de grandir ensemble dans notre vocation rédemptoriste est en elle-même une reconnaissance du pluralisme dans la congrégation.

Le pluralisme présente de sérieux défis

22.   La diversité des situations et la pluralité des réponses dans la Congrégation ne sont pas de pures bénédictions. Ce fut une source de beaucoup de préoccupations pour le Chapitre Général, c'en est une aussi pour le présent Conseil Général.

Le Chapitre Général analyse ainsi le problème:

Le Chapitre reconnaît qu'il existe des problèmes de compréhension et d'estime entre les Régions, surtout quand on parle de situations concrètes de chacune d'elles. Pour quelques Régions, par exemple, il est difficile de comprendre la motivation et les conséquences de l'option pour les pauvres, tandis que d'autres Régions ont de la difficulté à comprendre comment continuer à croire en l'Evangile dans un monde sécularisé. A cause de cela, il existe une tendance à juger l'une ou l'autre Région sans une connaissance suffisante (DF, 9).

23.   Nous partageons les préoccupations de nos prédécesseurs immédiats au Conseil Général, alors qu'ils commentaient le thème du sexennat précédent, qui semblait être un élément de division, parmi les diverses Régions de la Congrégation. [9] Les réactions au thème menacèrent d'élargir le fossé dans la Congrégation selon les lignes idéologiques.

24.   Il y a aussi un type de pluralisme répandu dans la Congrégation, qui est en fait une sorte de dichotomie, qui juxtapose l'activité pastorale à la vie commune. Le rapport du Supérieur Général au dernier Chapitre Général disait:

II me semble que parfois certains modèles de vie communautaire ne disent rien au monde d'aujourd'hui. La vie quotidienne de notre consécration religieuse comme une mission, l'acceptation de nos vœux religieux comme un moyen de consécration dans le contexte de la société actuelle et le développement de la dimension transcendantale de toute notre vie laissent voir de sérieuses faiblesses...

Nous faisons plus d'efforts pour renouveler nos activités que pour renouveler notre communauté. [10]

25.   On a signalé que le pluralisme dans une même Région défie les efforts de collaboration:

II est difficile d'organiser des programmes communs qui intéressent les différentes unités à cause des grandes distances* dans notre région et aussi à cause de la diversité des langues, des cultures et des attitudes des gouvernements nationaux. [11]

26.   On comprend que les tensions à l'intérieur de l'Eglise locale ou entre les pays de la même région affectent la Congrégation. [12] Mais la présence de telles tensions à l'intérieur des unités de la même Région peut avoir des effets désastreux:

Mais nous devons reconnaître parmi nous des façons différentes de comprendre la mission, l'Eglise, les activités des laïcs, l'option pour les pauvres, etc...Cependant ne pas avoir un minimum d'unité dans notre manière de penser nous entraîne à des apostolats isolés et parallèles, qui détruisent plutôt qu'ils ne construisent le Royaume de Dieu. [13]

27.   La rencontre des différentes cultures dans la même Région peut provoquer l'incompréhension:

Inévitablement, il y a eu quelques problèmes qui entraînèrent des incertitudes dans notre réunion, par exemple, ce que quelques-uns considéraient comme une influence négative du monde Occidental sur la vie religieuse dans l'Europe de l'Est. [14]

28.   Enfin, ce n'est pas un secret que plusieurs Régions luttent pour comprendre et mettre en pratique le thème général du dernier sexennat. Une Région s'exprime ainsi:

Un manque de précision dans le thème du sexennat donne lieu à différentes interprétations parmi nous, et le débat continuel sur "qui sont les pauvres?" entraînèrent chez-nous quelques autres difficultés. En partie, nous avons trouvé difficile de comprendre le thème du sexennat parce que nous ne vivons pas souvent parmi et avec les pauvres. [15]

29.   Notre expérience de la Congrégation nous montre que la diversité des situations, des attitudes et des réponses, qui crée des tensions au niveau régional, se retrouve souvent dans les unités elles-mêmes et même au niveau des communautés locales. Il y a vraiment des cultures différentes dans la même Province, occasionnées par les différences d'âge et de formation théologique, ainsi que par des visions opposées de l'Eglise et de la Congrégation. Existe toujours le débat continuel sur les destinataires de notre évangélisation, ainsi que ses formes appropriées. Quelques confrèrent demandent de nouvelles initiatives apostoliques, alors que d'autres s'aggrippent fortement aux engagements actuels. On formule des attentes radicalement différentes pour la vie communautaire, pour la prière commune, pour la pratique de la coresponsabilité.

30.   Le défi présenté par le pluralisme dans sa forme extrême est celui de l'individualisme. Par ceci nous ne voulons pas parler de la haute estime qu'on doit donner à chaque confrère et du souci que la communauté doit avoir pour la croissance en maturité et en responsabilité de chacun de nos membres (C.36). Nous nous référons plutôt à la situation qu'on retrouve dans assez d'unités où un nombre appréciable de confrères sont pratiquement autonomes, chacun faisant ce qu'il veut. Les conséquences de cette attitude sont vraiment désastreuses: les priorités pastorales de plusieurs unités restent inaccomplies, les communautés locales deviennent des maisons de pension; notre identité comme Rédemptoristes disparaît; les jeunes sont incapables de discerner en nous aucune sorte de consensus ou de but commun.

II.      L'unité de la Congrégation

31.   On a beaucoup réfléchi sur le pluralisme de notre communauté apostolique rédemptoriste, comment elle est "incarnée" dans les diverses régions du monde. Nous nous demandons maintenant, y-a-t-il des éléments communs dans notre animation de la Congrégation? Nous croyons qu'il y en a. Tout d'abord nous pensons qu'il y a des caractéristiques qui distinguent les Rédemptoristes à travers le monde aujourd'hui. Il est possible de peindre une sorte de "portrait" informel des Rédemptoristes, mettant en relief notre approche particulière de notre service pastoral, le peuple que nous servons, notre vie commune, et quelques éléments de notre spiritualité.

Un portrait du Rédemptoriste

32.   Le but de notre Congrégation est "de continuer le Christ Sauveur en annonçant la Parole de Dieu aux pauvres" (C. 1). Prêcher la Parole de Dieu a été la marque des Rédemptoristes depuis le début même et nous avons jalousement gardé cet héritage. Que ce soit dans le contexte des missions paroissiales, des retraites ou d'autres exercices spirituels, ou dans l'homélie à l'eucharistie du dimanche, le zèle que nous apportons à cette tâche ainsi que la simplicité de notre style semblent distinguer les Rédemptoristes dans toutes les parties du monde. Nous essayons souvent d'être très souples pour chercher des méthodes nouvelles et plus adaptées pour présenter la révélation de Dieu.

33.   Les Rédemptoristes montrent une préférence pour le peuple ordinaire, spécialement pour ceux que nous appelons traditionnellement "les pauvres et les plus abandonnés". Nous voulons encore aller là où l'Eglise institutionnelle ne peut pas aller ou ne se hasarde pas à aller. Nous tentons d'être proches de notre peuple et nous faisons preuve d'une grande sensibilité pour leurs manières populaires d'exprimer leur foi.

34.   Nous attachons un grand prix à la vie commune chez-nous. Plus qu'une exigence de notre propre loi (C. 21), elle est si fondamentale pour notre propre identité, que même quand notre vie communautaire est sérieusement déficiente ou pratiquement inexistante, nous sommes troublés par l'absence de quelque chose qui nous manque, que nous percevons comme absolument vital.

Nous estimons beaucoup l'esprit de famille dans nos communautés, nous aimons nos célébrations, nous sommes pratiquement infatigables à raconter des histoires qui unissent une communauté particulière avec la grande famille des confrères qui ont vécu avant nous.

35.   Les Rédemptoristes évitent les formes ésotériques ou vieillies de spiritualité, préférant des méthodes de prière personnelle ou communautaire, qui sont plus familières au peuple que nous servons. Dans la recherche pour renouveler notre prière commune, nous essayons de maintenir une spiritualité qui est centrée sur le Christ Rédempteur, avec un amour spécial pour la Bienheureuse Vierge Marie.

36.   Ce sont quelques caractéristiques qui nous sont communes aujourd'hui à nous Rédemptoristes, indépendamment des circonstances dans lesquelles nous vivons et travaillons. Nous pensons que de telles marques distinctives des Rédemptoristes, que nous croyons faire partie de notre héritage, légué par les intuitions de fondation de saint Alphonse, sont en danger de s'obscurcir et même de se perdre, peut-être irrémédiablement. A cause de certains facteurs cités dans les premières sections de ce communicanda et pour d'autres raisons aussi, nous croyons que des aspects vitaux de notre identité de Rédemptoristes sont menacés.

Le thème du Sexennat et la Cohérence

37.   Nous pensons que cette même préoccupation a motivé les membres du XXIème Chapitre Général quand ils proposèrent le thème pour ce sexennat. Nous avons choisi de retrouver la base de notre inspiration et un stimulant de la Congrégation dans l'interprétation de ce thème:

En accord avec le thème du sexennat, le Chapitre veut souligner, d'une part, l'articulation entre la tâche évangélique, la vie communautaire et la spiritualité propre à la Congrégation; et, d'autre part, la nécessité d'incarner cette triple dimension de notre vie dans des formes historiques qui expriment l'option de la Congrégation pour les plus abandonnés, spécialement les pauvres (DF, 12).

38.   Nous croyons que le mot clef pour comprendre le thème est celui de Cohérence. Simplement, le thème nous enseigne qu'il y a trois éléments nécessaires de notre identité comme Rédemptoristes et qu'il doit exister entre eux une interconnexion vitale. En d'autres mots, le manque-de l'un ou de plusieurs de ces éléments détruit notre identité Rédemptoriste: même si nous prétendons être de vrais religieux ou de vrais prêtres, nous ne sommes plus fidèles à l'héritage que nous avons reçu. Ainsi nous affirmons que Dieu appelle ce Conseil Général à promouvoir une cohérence claire entre les trois éléments constitutifs de notre identité Rédemptoriste aujourd'hui, et en même temps nous invitons les (V)Provinces et chaque communauté locale à tenir compte de l'interconnexion nécessaire entre les trois dimensions de notre vie.

Notre mission

39.   Le point de départ de notre animation est toujours la mission Rédemptoriste. Nous sommes "appelés à continuer la présence du Christ au monde dans sa mission de salut" (C. 23). La fidélité à cette mission demande d'établir et de mettre en pratique les priorités apostoliques dans chaque unité. Dans une région donnée, nous devons répondre à ces besoins pastoraux urgents, qui sont en accord avec notre charisme, comme il est dit dans nos Constitutions et Statuts (cf. spécialement C. 3-5).

40.   Il s'ensuit que tout engagement apostolique, si recommandable soit-il en lui-même, ne peut pas être accepté comme une expression valide de notre charisme missionnaire. On ne peut pas non plus élargir la catégorie "les plus abandonnés, spécialement les pauvres" de façon à y inclure n'importe laquelle forme de service pastoral. Comme Rédemptoristes nous ne pouvons pas éviter d'avoir à faire souvent des choix douloureux.

41.   Les priorités de chaque unité doivent être revues et révisées. Cela demande de notre part de la mobilité et de la flexibilité (cf. Me 1,38-39), ainsi qu'un esprit de détachement (distacco) de nos succès passés. S'accrocher à des institutions ou à des méthodes pastorales qui ne répondent plus aux situations contemporaines empêche sérieusement notre efficacité.

42.   Le dynamisme missionnaire de notre Congrégation l'emporte sur ses structures juridiques, incluant la présente démarcation des Provinces et des Vice-Provinces. De fait, de nouvelles initiatives pastorales sont possibles, même pour des Provinces vieillissantes et sans un grand nombre de candidats, à condition qu'elles soient ouvertes à un processus de collaboration et de restructuration, auxquelles fait allusion le Document Final (DF, 62).

Notre vie communautaire

43.   Ce n'est pas assez de renouveler notre travail et de le rendre plus conforme à notre charisme. Le dernier Chapitre Général rappelle à tous les Rédemptoristes que notre vie communautaire et notre spiritualité ne sont pas des idées qui suivent notre activité pastorale, mais qu'elles sont, avec notre dynamisme particulier, des parties indispensables de notre mission dans l'Eglise.

Chaque communauté doit se sentir appelée à être elle-même une proclamation explicite de l'Evangile, ainsi que la présence efficace du Règne de Dieu au milieu de hommes et des femmes (DF, 23).

44.   Même si on désire ardemment améliorer les relations humaines dans nos communautés, nous ne pensons pas que cet effort soit le seul critère de notre vie communautaire. Nous remarquons que l'activité pastorale des premiers Rédemptoristes était grandement aidée par le témoignage de leur vie communautaire. On croyait grandement à la prédication d'Alphonse et de ses compagnons à cause de la simplicité, de la prière, de l'austérité et de l'ouverture des premières communautés rédemptoristes. Il y avait une cohérence visible entre leur activité pastorale et leur vie de communauté. Quand le Document Final parle de nos communautés comme "la présence efficace du Règne de Dieu" et de "la force de témoignage de la communauté comme signe de la présence du Royaume" (DF, 23, 29), il nous rappelle la relation vitale entre notre mission et notre vie communautaire.

Notre spiritualité

45.   En faisant appel à la cohérence qui inclue notre propre spiritualité, le Chapitre nous met en garde contre une sorte de danger de dualisme qui nous conduirait à des attitudes inacceptables pour les Rédemptoristes (DF, 35). Il nous invite à découvrir une réelle consistance dans nos vies, qui n'est rien d'autre que l1 intégration cohérente de notre foi et de notre expérience personnelle et communautaire. La personne du Christ Rédempteur lie notre spiritualité à notre mission (DF, 36). Nous sommes appelés à travailler avec créativité afin de rendre notre spiritualité "l'âme de nos communautés" (DF, 41).

En résumé

46.   Nous voyons le pluralisme dans notre famille religieuse internationale comme un "signe des temps", absolument nécessaire, mais en même temps, il devient une source de préoccupations. Nous pensons que la recherche du type d'unité qui respecte à la fois les situations humaines et ecclésiales particulières des Rédemptoristes aujourd'hui, tout en nourrissant en nous la fidélité à notre héritage commun reçu de saint Alphonse, doit commencer et s'achever dans la cohérence vraie, entre les éléments constitutifs de notre vocation: notre mission propre, notre vie communautaire et notre spiritualité. En toute vérité, dans la mesure où les personnes, les communautés locales et les (V)Provinces découvriront cette cohérence en elles, nous pourrons demeurer unis comme une congrégation religieuse universelle.

Conclusion

47.    Les éléments que nous avons choisis de faire ressortir forment notre réponse aux "signes des temps": ce que nous avons vu et entendu dans notre congrégation, considéré à la lumière de la parole de Dieu, de nos Constitutions et des Statuts, des récents Chapitres Généraux et des réflexions de nos prédécesseurs. Nous reconnaissons le pluralisme dans nos orientations apostoliques les expressions de notre vie communautaire et dans nos voies de spiritualité. C'est le travail de l'Esprit, source de tout don. Mais nous nous sentons aussi appelés à souligner ce qui doit unir tous les confrères de toutes les parties du monde, les éléments de "cette convergence unificatrice du dynamisme évangélisateur, en respectant le légitime pluralisme culturel dans les méthodes pastorales" (DF, 14). Nous proposons que cette "convergence unificatrice" doit se trouver dans le thème du sexennat, spécialement dans son insistance sur la vraie cohérence dans la vie du Rédemptoriste aujourd'hui. Dans notre animation des (V)Provinces, nous voulons chercher avec vous cette cohérence, signe manifeste de notre fidélité à la volonté de Dieu pour notre Congrégation.

Au nom du Conseil Général,

Juan Manuel Lasso de la Vega, C.Ss.R.
Supérieur Général

La version anglaise est le texte officiel de ce Communicanda.


[1] Communicanda 1: Faire vivre et croître l'essentiel de notre "vie apostolique" Rome: 1 août 1992.

[2] Par la suite Document Final = DF.

[3] Par la suite Statut Général = SG.

[4] Acta Integra Capituli Generalis XXI (Roma: Curia Generalis C.Ss.R., 1992, p. 225.

[5] Par la suite Constitution = C.

[6] Réunion de la Région Asie-Océanie, 1,2.1e, dans XXI Capitulum Generale: Rapports des Réunions Régionales, (Roma: Curia Generalis C.Ss.R., 1er juin 1991), p. 9.

[7] Région Asie-Océanie, 2.3.3, Rapports des Réunions Régionales, p. 14; Région de l'Amérique du Nord, 1.2.3e, Rapports des Réunions Régionales, p. 19.

[8] Région de l'Amérique Latine, 2.2.6, Rapports des Réunions Régionales, p. 28.

[9] Conseil Général. Rapport sur L'Etat de la Congrégation au XXIème Chapitre Général 1991, (Rome: Curia Generalis C.Ss.R., 1990), 23.10.1-2.3.10.2, pp.19-20.

[10] Acta Integra Capituli Generalis XXI, (Roma: Curia Generalis C.Ss.R., 1992), p. 228.

[11] La Réunion de la Région Asie-Océanie, 1.4.2a, Rapports des Réunions Régionales, p. 11.

[12] La Réunion de l'Amérique Latine, 1.5.j, Rapports des Réunions Régionales, p. 28.

[13] La Réunion de l'Amérique Latine, 2.2.6, Rapports des Réunions Régionales, p. 28.

[14] La Région de l'Europe du Nord, 1.1.5, Rapports des Réunions Régionales pp. 42-43.

[15] La Région de l'Europe du Nord, 1.2.2e, Rapports des Réunions Régionales, p. 44.