Communicanda - 1985-1991   

 

COMMUNICANDA 9

Rome, le 1er octobre 1986
Gen. 327/86

Coresponsabilit des Confrres
dans la dsignation des Suprieurs

Chers confrres,

L'anne 1987 est l'anne des lections des Suprieurs dans toute la Congrgation. Au cours de cette anne seront lus les Suprieurs majeurs, les Suprieurs locaux, les Formateurs et beaucoup d'autres confrres (Secrtariats, etc.) qui auront assurer, durant le prochain triennat, un service de direction et d'animation dans nos Provinces, Viceprovinces, Rgions et Communauts.

Nous sommes bien conscients que l'lection des Suprieurs est un temps fort qui permet chaque confrre de mettre en pratique sa coresponsabilit personnelle (cf. Const. 92). C'est pourquoi le Conseil Gnral profite de cette occasion pour vous communiquer ce que nous attendons de tout Suprieur rdemptoriste en ce moment prcis de la Congrgation et de l'Eglise. Nos rflexions veulent mettre en relief l'idal exprim dans les Constitutions propos de la mission du Suprieur et de sa manire de diriger et d'animer la communaut provinciale, viceprovinciale, rgionale et locale.

1. LA MISSION DU SUPERIEUR

La Constitution 126 dit ceci propos du Suprieur provincial et viceprovincial:

"II est d'abord un pasteur, animant et coordonnant, dans sa Province, toutes les communauts et les personnes. Toutes ses forces vont leur tre proche, les entraner dans une vie digne de leur vocation, susciter en elles l'esprit d'entreprise et de persvrance missionnaire".

La Constitution 139 dit ceci propos du Suprieur local:

"Que le Suprieur de la communaut se conduise d'abord en animateur spirituel, ensuite seulement en chef et en administrateur. Le premier service rendre au groupe est d'en faire le Corps du Christ, un corps en croissance, et dont toutes les forces s'allient pour 1'vanglisation. Qu'il prenne galement conscience que sa charge le rend corresponsable du bien de toute la Province".

Quelques expressions de ces deux Constitutions aident comprendre la mission du Suprieur aujourd'hui:

1.     Le service d'animation,

2.     Pasteur spirituel de la communaut,

3.     Dvouement notre mission d'vanglisation.

1.1 LE SERVICE D'ANIMATION

Etre Suprieur n'est qu'un service parmi beaucoup d'autres, qui sont ncessaires la vie de chaque Province, Viceprovince ou communaut. Et, dans la communaut chrtienne, tout service doit s'inspirer de la personne du Christ qui "n'est pas venu pour tre servi mais pour servir".

Le premier service du Suprieur consiste chercher et discerner, en union avec ses confrres, quelle est la volont de Dieu par rapport aux membres de la communaut.

On peut appeler ce service "animation", "direction", autorit". L'important est que le service s'inspire toujours du Christ et manifeste l'amour dont Dieu nous aime (cf. Const. 72), La condition la plus importante: pour tre un bon "serviteur" est d'aimer les confrres, en accueillant chacun tel qu'il est et en l'aimant comme Dieu l'aime. Cet amour de Dieu a des consquences et des manifestations dans la vie de chaque jour.

Le contenu du service du Suprieur est trs vaste et il embrasse toutes les dimensions et exigences de notre vie rdemptoriste sous son aspect humain, social, spirituel, religieux et apostolique.

Etre Suprieur, ce n'est pas dominer ni s'imposer mais servir, guider, orienter, inviter, inciter, stimuler, animer, confirmer (cf. Guide Pastoral pour les Suprieurs, no. 11). Le Suprieur sert la communaut en faisant qu'elle soit et veuille tre une ralit " rnover de l'intrieur par un constant progrs" (cf. Const. 40).

1.2 PASTEUR SPIRITUEL DE LA COMMUNAUTE

Le Pasteur est celui qui aide la communaut chrtienne tre toujours davantage "Eglise" c'est--dire davantage "communaut dans le Christ". C'est aussi le point central et la raison d'tre de tout supriorat dans la Congrgation: que nos communauts croissent clans le Christ et soient effectivement une cellule vivante de lEglise (cf. Guide Pastoral, no. 8 et suivants). La mission du "pasteur spirituel" est encore plus ncessaire aujourd'hui, surtout dans un monde scularis qui exerce aussi son influence sur notre vie religieuse. L'activisme est une caractristique de notre poque et il mne parfois des situations de frustration, de dcouragement, de pessimisme par rapport l'avenir, de manque de rflexion pour organiser notre vie et notre travail comme une rponse authentique ce que l'Eglise et le monde requirent de nous aujourd'hui.

-      Le Pasteur spirituel est celui qui essaie de crer toujours plus fortement dans sa communaut l'unit de notre vie apostolique, en supprimant tout dualisme entre notre tre et nos activits.

-      Le Pasteur spirituel s'efforce de transformer sa communaut en une vritable fraternit, dans laquelle chaque confrre puisse dvelopper sa maturit humaine, chrtienne et religieuse ainsi que la donation totale de sa vie au Christ et ses frres: arriver former une communion fraternelle, dans le respect mutuel et l'accueil rciproque, malgr les diffrences naturelles de tempraments, d'ges, d'idologies... mettre notre tre personnel au service de la croissance de la communaut, en dpassant les inerties et les dceptions du pass (Cf. Const. 36).

-      Le Pasteur spirituel vit avec le souci d'aider sa communaut cheminer dans la foi et la prire. Il est dit de la communaut des premiers temps: "tous d'un mme cur taient assidus la prire... avec Marie la Mre de Jsus" (Actes 1,14. cf. Const. 26). L'oraison personnelle et communautaire est expression de notre foi commune et exigence inluctable de notre vie apostolique.

Notre communaut de foi se construit surtout dans l'Eucharistie "sommet et source de toute notre vie apostolique" (Cf. Const. 29). Le Suprieur veillera ce que la communaut clbre rgulirement 1'Eucharistie d'une manire communautaire.

L'oraison de la communaut doit tre vivante et engage. Que le Suprieur propose et suscite des initiatives de prire, qui aident vivre la joie de la rencontre avec Dieu, l'esprance vigilante et notre engagement vis--vis du monde, surtout en faveur des plus pauvres et des plus petits de ce monde.

Le Suprieur doit veiller ce que chaque confrre trouve dans l'organisation de sa vie le temps voulu pour l'oraison personnelle: "Outre la clbration liturgique Messe et Brviaire ce nous est un droit et un devoir de consacrer chaque jour au moins une heure la prire. Cette oraison peut se faire en particulier ou en commun" (Const. 30).

En tant que Pasteur spirituel, le Suprieur doit tre avant tout un homme de prire et de contact permanent avec Dieu/ sachant crer autour de lui un climat tranquille de prire, sachant aussi, par sa vie et ses paroles fraternelles, stimuler les confrres tre fidles aux rencontres de prire que la communaut s'est fixes.

Le Suprieur veille aussi ce que la communaut connaisse, tudie et vive nos Constitutions, qui sont un chemin de conversion personnelle et communautaire et qui prcisent notre participation au ministre du Christ Rdempteur de l'Homme. Chaque Province et Viceprovince ainsi que chaque communaut doivent organiser des runions d'tude sur les Constitutions et les moments d'oraison qui s'en inspirent.

-      Le Suprieur, Pasteur de la communaut, veille la formation permanente des confrres (Cf. Const. 82 et Const. 90). Cette formation permanente comprend diffrents aspects: rnovation humaine et spirituelle, rnovation thologique et pastorale, etc. Le Suprieur doit organiser dans sa Province ou dans sa communaut des runions d'tude, de rflexion thologique, d'tude communautaire des documents plus importants du Conseil Provincial, du Conseil Gnral et de l'Eglise.

-      Le Pasteur spirituel de la communaut est un homme "joyeux dans l'esprance" (Cf. Const. 20), qui sait donner l'esprance surtout dans les moments difficiles et aux confrres qui vivent dans des situations pnibles. L'esprance va de pair avec l'engagement. Parce que le Christ s'est engag avec nous et parce que nous nous engageons nous-mmes avec lui et avec nos frres, nous avons droit vivre dans l'esprance.

1.3 DVOUEMENT A NOTRE MISSION D'VANGLISATION

Les Constitutions, prises dans leur ensemble, nous aident dfinir notre charisme dans l'Eglise et notre tche missionnaire.

-      Le Suprieur doit avant: tout bien connatre et dfendre sans cesse notre mission apostolique en tant que Rdemptoristes, appels "continuer le Christ Sauveur en annonant la Parole de Dieu aux pauvres" (cf. Const. 1). C'est de cette faon que la Congrgation participe la mission de l'Eglise.

-      Le Suprieur est responsable de la rnovation de l'Institut, qui est un processus continuel. Et, dans ce processus, il peut se trouver des situations qui ne sont pas en accord avec notre tre rdemptoriste. Ces situations peuvent provenir de changements qui ne sont pas lgitimes ainsi que de l'inertie et de l'immobilisme qui refusent; le changement.

-      La Congrgation est en lia in de vivre un moment; de rvision par rapport aux priorits pastorales. Le Thme Majeur de ce sexennat veut tre une continuation du processus commenc aprs le Chapitre Gnral de 1979: "Le Chapitre Gnra] de 1985 veut continuer le thme des priorits pastorales, dcid par le Chapitre de 1979, A prsent, nous voulons mettre l'accent sur l'annonce explicite, prophtique et libratrice, de l'Evangile aux pauvres en nous laissant interpeller par eux (evangelizare pauperibus et a pauperibus evangelizari) selon le charisme de notre Congrgation exprim dans les Constitutions 1, 3, 4, 5 et les Statuts 09 et 021". Ce Thme contient quelques lments nouveaux qui doivent faire l'objet de rflexions, de prires et de dcisions dans chaque Province et Viceprovince et dans chaque communaut: la prdication prophtique et libratrice, les pauvres et "en nous laissant interpeller par eux". Dans ce processus do rvision, les Suprieurs sont appels stimuler la Province et les communauts au dialogue, la rflexion communautaire, et la prise de dcisions, pour qu' la fin du processus nous puissions dire que notre vie a chang et que nous sommes plus fidles qu'auparavant notre charisme. Ce processus ne se rap porte pas seulement nos activits mais aussi notre vie de communaut rdemptoriste. Nous ne pouvons pas crer un dualisme entre ce que nous faisons et ce que nous sommes: "Les confrres trouveront appliquer ce Thme au sein de leur propre communaut...". "Il est demand tous les confrres d'avoir un style de vie cohrent avec notre commun engagement en faveur des pauvres" (Document Final, no. 10 et 11. Cf. no. 3, 6, 10, 12, 13).

-      Le Suprieur d'aujourd'hui doit tre sensible aux signes des temps, qui sont des manifestations de l'action de l'Esprit dans l'histoire du monde et que nous devons savoir distinguer des signes qui sont des manifestations du pch de l'homme. La connaissance des ralits qui nous entourent et le discernement communautaire la lumire de la foi et de la parole de Dieu sont indispensables pour pouvoir comprendre les signes d'aujourd'hui.

-      Le Suprieur insiste sur l'aspect communautaire de notre action missionnaire: vivre en communaut et raliser ensemble la mission apostolique est une loi- essentielle de notre vie de Rdemptoristes (cf. Const. 21).

-      Dans le Document Final du 20me Chapitre gnral on voit soulignes deux proccupations pastorales de la Congrgation, sur lesquelles les Suprieurs et les con frres doivent mettre un accent spcial au cours des annes qui viennent: La coopration des lacs l'apostolat et la pastorale des vocations l'intrieur d'une bonne pastorale des jeunes (cf. Document Final, no. 9 et 22-27). Le Conseil gnral espre qu' cet gard seront prises des dcisions concrtes pour les prochaines annes et que seront tablis des programmes appropris.

2. MANIERE DE DIRIGER ET D'ANIMER LA COMMUNAUTE

Nous trouvons dans les Constitutions quelques principes qui doivent inspirer le gouvernement de la communaut, en donnant au style de gouvernement une chaleur humaine et apostolique. Voici quels sont ces principes:

-      la coresponsabilit de tous les confrres et de toutes les communauts (cf. Const. 92);

-      la dcentralisation et la communion (cf. Const, 93);

-      la subsidiarit gui contribue susciter la responsabilit des personnes et des communauts (cf. Const. 94);

-      la solidarit en vue d'une coopration vritable (cf. Const. 95);

-      l'adaptation des structures aux diffrentes exigences de l'apostolat (cf. Const. 96).

De ces principes dcoulent pour le Suprieur tout un ensemble de conditions qui font partie de la manire d'animer aujourd'hui la vie de sa Province, Viceprovince ou communaut. Pour diriger sa communaut dans ce style, le Suprieur:

-      contribue au dveloppement de la personnalit de chaque confrre en favorisant tout ce qui exprime responsabilit personnelle et coresponsabilit communautaire;

-      doit bien connatre chaque confrre avec ses possibilits et ses limites afin de pouvoir demander chacun ce qui lui est concrtement possible (cf. St. 049);

-      cre un climat dans lequel les relations inter personnelles soient vraies et profondes;

-      favorise l'union entre les confrres, dans le respect d'un lgitime pluralisme;

-      donne une grande importance au dialogue fraternel, en crant l'espace o chacun puisse s'exprimer librement: dialogue entre personnes et entre groupes, un dialogue qu'il ne faut jamais couper mme si les diffrences sont grandes, et dialogue qui doit aboutir des dcisions concrtes. Le dialogue qui ne se termine jamais par des dcisions est frustrant pour les confrres;

-      le Suprieur doit aussi prendre des dcisions au moment opportun. Il gagne la confiance des confrres s'il reste toujours ouvert leurs indications et suggestions et sait ensuite dcider par lui-mme;

-      le Suprieur exige une obissance active et responsable et la fidlit aux dcisions qui ont t prises (cf. Const. 75);

-      "les Suprieurs sont les gardiens des droits des frres qui leur sont confis. Mais aussi, en toute charit, prudence et force d'me, ils les avertissent de leurs dfauts, surtout de ceux qui gnent la communaut et l'apostolat" (St. 094);

-      le Suprieur Provincial visite frquemment les communauts, en partageant la vie des confrres. Cela l'aide . connatre sa Province ou Viceprovince et favoriser le dialogue permanent avec les confrres (cf. St. 0155);

-      fidles au principe de solidarit, les Suprieurs se sentent responsables de toute la Congrgation, entre tenant une bonne collaboration tant avec le Gouvernement Gnral qu'entre les communauts de la mme Province et les autres Provinces de l'Institut. La Congrgation est un "corps missionnaire" (cf. Const. 2) qui a besoin de beaucoup de disponibilit et de collaboration au niveau gnral, interprovincial et provincial, pour dvelopper ses engagements apostoliques et pouvoir tendre sa prsence d'autres pays, o la pauvret et l'abandon spirituel rclament de toute urgence notre ministre.

En conclusion, nous voulons insister sur l'esprit de "collgialit" qui doit toujours animer l'action et les dcisions de tout Suprieur. Cet esprit de collgialit est trs fortement soulign dans nos Constitutions et il est plus large que l'obligation de consulter la communaut ou les conseillers dans les cas prvus. Collgialit signifie bonne collaboration, esprit fraternel dans la prparation des dcisions, estime, confiance, communication avec les membres de la communaut* La confiance rciproque est la source du "bien-tre" en communaut, de 1*intimit familiale et des nouveaux projets apostoliques. L'esprit de collgialit, fond sur cette confiance mutuelle, est la garantie de cette harmonie qui est indispensable dans la vie communautaire de chaque jour.

Ce sont l quelques rflexions du Conseil gnral que nous vous prsentons tous et spcialement aux nouveaux Suprieurs du prochain triennat, dans le but que ce service d'animation et de direction soit efficace pour la conversion continuelle et la croissance de notre Congrgation.

Ces rflexions doivent inspirer les votes et les lections qui vont se faire dans les Provinces, Viceprovinces et communauts, afin que soient lus les confrres capables d'tre d'authentiques animateurs de la vie de la Congrgation dans notre monde.

Au nom du Conseil gnral,
je vous salue fraternellement dans le Christ Rdempteur.

Juan M. Lasso de la Vega, C.Ss.R.
Suprieur Gnral

Le texte officiel de ce Communicanda 9 est le texte espagnol.