Bienheureux


Le bienheureux François-Xavier Seelos
Visitez le Site Web du Bx. Seelos


François-Xavier Seelos naquit le 11 janvier 1819 à Füssen en Bavière, Allemagne. Il fut baptisé le même jour à l'église paroissiale de Saint Mang. Il entretint le désir de devenir prêtre dès son enfance. Il entra au Séminaire diocésain après avoir terminé ses études de philosophie.

Peu de temps après, il rencontra des missionnaires de la Congrégation du Très-Saint-Rédempteur. Comme ils avaient été fondés dans le but d'évangéliser les plus abandonnés, il prit la décision de se joindre à cette Congrégation et d'orienter son ministère auprès des immigrants de langue allemande aux États-Unis. Il fut accepté dans la Congrégation le 22 novembre 1842 et, l'année suivante, partant du Havre, France, il arriva à New York le 20 avril 1843.

Après avoir terminé son noviciat et ses études théologiques, il fut ordonné prêtre le 22 décembre 1844 dans l'église rédemptoriste de St. James à Baltimore, Maryland, U.S.A. Après son ordination, il travailla pendant neuf ans à la paroisse de St. Philomène à Pittsburgh, Pennsylvanie. Il agit comme premier assistant de saint Jean Neumann, supérieur de la communauté religieuse. Plus tard, il devint lui-même supérieur et les trois dernières années, curé de la paroisse. En même temps, il fut Maître des novices. Avec Neumann, il s'adonna aussi à la prédication des missions. Seelos a dit de sa relation avec Neumann: "C'est lui qui m'a initié à la vie active" et "il fut mon guide comme directeur spirituel et confesseur". Sa disponibilité et sa bonté naturelle lui permettaient de comprendre les besoins des fidèles et d'y répondre. C'est ainsi qu'il fut connu très tôt comme un confesseur et directeur spirituel extraordinaire. Les gens venaient le rencontrer même des villes avoisinantes.

Sa fidélité au charisme rédemptoriste l'incita à avoir un style de vie simple et à s'exprimer de la même façon. Les thèmes de sa prédication, riches en contenu biblique, étaient toujours compris par les gens les plus simples parmi le peuple. Dans son travail apostolique, il s'est toujours efforcé d'initier à la foi les petits enfants. Non seulement favorisait-il ce ministère, il le considérait même comme le fondement de la croissance de la communauté chrétienne dans la paroisse. En 1854, on l'envoya de Pittsburgh à Baltimore, puis à Cumberland en 1857 et à Annapolis en 1862. Pendant ce temps, il travailla au ministère paroissial tout en s'occupant, comme Préfet des étudiants, de la formation des futurs Rédemptoristes. Au cours de ces occupations, il resta conforme à son caractère: le bon et joyeux pasteur. Envers ses étudiants, c'est avec prudence qu'il se faisait attentif à leurs besoins tout en étant conscient de leur formation doctrinale. Il s'efforçait surtout d'inculquer à ces futurs missionnaires rédemptoristes l'enthousiasme, l'esprit de sacrifice et le zèle apostolique nécessaire au bien spirituel et temporel des gens.

En 1860, son nom fut proposé comme candidat au poste d'évêque de Pittsburgh. Le Pape Pie IX accepta ses excuses à l'égard de cette fonction. De 1863 à 1866, il s'adonna comme missionnaire itinérant en anglais et en allemand dans les États suivants: le Connecticut, l'Illinois, le Michigan, le Missouri, le New Jersey, l'État de New York, de l'Ohio, de la Pennsylvanie, du Rhode Island et du Wisconsin.

A la suite d'un bref séjour à la paroisse de Détroit, État du Michigan, il fut nommé à la communauté rédemptoriste de la Nouvelle Orléans en Louisiane. Là, encore, il fut curé de la paroisse Sainte-Marie de l'Assomption. On reconnu vite le pasteur joyeux, disponible à l'égard de tous ses paroissiens, surtout les plus pauvres et les plus abandonnés. Au mois de septembre, épuisé par les visites et les soins qu'il donnait aux victimes de la fièvre jaune, il contracta lui-même cette maladie redoutable. Il endura cette maladie avec patience pendant plusieurs semaines; il en mourut le 4 octobre 1867 à l'âge de 48 ans et neuf mois.

Le Père Seelos fut proclamé bienheureux à la Place St-Pierre par Sa Sainteté le Pape Jean-Paul II le 9 avril de l'Année du Jubilée Solennel 2000.