Bienheureux


Le bienheureux Mykolay Charnetskyi
(1884-1959)

Mykolay Charnetskyi est né au sein d'une grosse et pieuse famille paysanne, le 14 décembre 1884, dans le village de Samakivka, situé dans l'Ouest de l'Ukraine. Mikolay était l'aîné de neuf enfants. Il reçut son éducation primaire dans le village de Tovmach, puis entra dans le lycée St-Nicolas (école de grammaire), à Stanislaviv (aujourd'hui Ivano-Frankivsk).

Mykolay était tout jeune quand il découvrit sa vocation à la prêtrise et manifesta très tôt son intention de devenir prêtre. En 1903, l'évêque Hryhoriy Khomyshyn l'envoya faire des études à Rome. Au cours d'une brève visite de Mykolay en Ukraine, l'évêque Hryhoriy Khomyshyn l'ordonna prêtre le 2 octobre 1909. Le père Mykolay revint alors à Rome afin de poursuivre ses études; il y reçut le titre de docteur en théologie.

À partir de l'automne 1910, le père Mykolay devint professeur de philosophie et de théologie dogmatique au séminaire de Stanislaviv. Il fut aussi directeur spirituel du même séminaire. Animé de profonds sentiments, cependant, le père Mykolay rêvait de vie religieuse. Voilà pourquoi, en octobre 1919, il joignit le noviciat rédemptoriste de Zhoiska près de Lviv, et un an plus tard, le 16 octobre 1920, il fit profession comme rédemptoriste.

Vivement désireux de travailler à la réconciliation des chrétiens et à la conversion des âmes les plus abandonnées, en 1926, les rédemptoristes de la province de Lviv fondèrent le centre missionnaire de Kovel dans la région de Volhyn. Le père Mykolay, ardent missionnaire comme il l'était, y fut envoyé. Très tôt, il gagna la plus grande estime des gens de l'endroit et même de ceux du clergé orthodoxe. Après avoir ouvert un monastère et une église à Kovel, le père Mykolay fit de son mieux pour préserver la pureté du rite liturgique oriental. En 1931, faisant état du dévouement du père Mykolay, le pape Pie XI l'assigna comme évêque titulaire de Lebed et Visiteur apostolique des Catholiques ukrainiens des régions de Volhyn et de Pidliashsha. Ces régions devinrent le champ d'activité de Mykolay, d'abord comme missionnaire, puis comme évêque, durant presque 14 ans.

En tant que premier évêque rédemptoriste ukrainien, il fit l'expérience de la persécution dès le début de son activité. Durant l'occupation soviétique de l'Ukraine Occidentale, en 1939, les Rédemptoristes furent contraints de quitter la région de Volhyn; l'évêque Charnetskyi déménagea à Lviv, dans le monastère rédemptoriste situé sur la rue Zyblykevycha (aujourd'hui Ivana Franka).

Après la restauration de l'Académie de théologie de Lviv, en 1941, Monseigneur Mykolay Charnetskyi joignit la faculté de l'Académie comme professeur de philosophie, de psychologie et de théologie morale. Son calme, basé sur une foi solide et inébranlable, son esprit d'obéissance et sa piété, tout cela fournit aux étudiants de bons motifs de considérer leur professeur comme un saint. Monseigneur Mykolay Charnetskyi fut pour eux un modèle exemplaire de vie religieuse et de vertu.

En 1944, les troupes soviétiques entrèrent en Galicie pour la deuxième fois. Cet événement marqua, pour Monseigneur Charnetskyi, le début de la "via dolorosa". Il fut arrêté le 11 avril 1945. Il fut conduit à la prison de la police secrète soviétique sur la rue Lonskoho. Là, l'évêque subit maintes afflictions: interrogatoires en plein milieu de la nuit, cruelles raclées et torture. Plus tard, Monseigneur Mykolay Charnetskyi subit une sentence de dix ans d'emprisonnement pour le crime d'être un "agent du Vatican". Il partagea cette sentence avec le Métropolite Yosyf Slipyi, d'abord dans la ville de Mariinsk, située dans la région de Kemeroc (Sibérie), et plus tard dans un certain nombre d'autres institutions carcérales.

Selon des sources dignes de foi, pendant la durée de son emprisonnement, c'est-à-dire depuis son arrestation à Lviv en avril 1945 jusqu'à sa libération en 1956, Monseigneur Charnetskyi a passé, en tout, 600 heures sous la torture et les interrogatoires, et à différentes périodes, il fut emprisonné dans trente prisons et camps de concentration. Malgré toutes ces souffrances, l'évêque a toujours cherché à trouver un mot de consolation à l'endroit de ses compagnons de détention. Il les encourageait au plan moral et connaissait chacun d'eux par leur nom. Il n'est pas étonnant de penser que Monseigneur Charnetskyi fût si populaire parmi les prisonniers, car il était pour eux la seule source de consolation.

Monseigneur Mykolay Charnetskyi passa les dernières années de sa détention dans l'hôpital de la prison de Mordovia. En 1956, sa santé déclina à tel point que les médecins n'avaient plus aucun espoir de le voir survivre. On avait déjà cousu pour Monseigneur Charnetskyi, une tunique spéciale, dans laquelle les prisonniers avaient coutume d'être ensevelis. Tenant compte de la condition désespérée de l'évêque et du fait que le régime soviétique pourrait éviter le blâme d'avoir causé la mort de l'évêque, les administrateurs de la prison décidèrent de le relâcher et de l'expédier à Lviv. Après son retour à Lviv en 1956, dû au fait qu'il avait contracté l'hépatite et un certain nombre d'autres maladies, Monseigneur Mykolay Charnetskyi fut immédiatement hospitalisé. Tous étaient sûrs que Monseigneur Charnetskyi allait bientôt mourir. Mais le Seigneur avait un autre plan: Il décida de prolonger la vie de l'homme dont la foi et le travail étaient si dignes de mérite et si nécessaires à l'Église ukrainienne. L'évêque recouvra bientôt la santé et déménagea dans l'appartement portant le numéro 7 de la rue Vechirnia en même temps que le frère Klymentiy, C.Ss.R. Là, Monseigneur Charnetskyi continua son apostolat de patience et de prière. Il consacrait la majeure partie de son temps à prier et à lire. Ceux qui rendirent visite à l'évêque au cours de cette période attestèrent qu'ils l'avaient souvent aperçu en état d'extase. Durant son séjour à Lviv, Monseigneur Charnetskyi demeura fidèle à sa mission de Bon Pasteur: il encouragea ses confrères au plan spirituel, prépara les candidats à la prêtrise et ordonna plus de dix prêtres.

Malheureusement, la guérison "miraculeuse" de Monseigneur Charnetskyi ne dura pas longtemps. Le 2 avril 1959, l'évêque mourut en odeur de sainteté. Ses dernières paroles furent un gémissement, appelant à son aide Notre Dame du Perpétuel Secours. Les funérailles de Monseigneur Charnetskyi eurent lieu le 4 avril 1959. Le récit des funérailles, conservé dans les archives de la Province rédemptoriste de Yorkton (Canada), se termine par les mots suivants: "Nous croyons tous que le jour de sa canonisation viendra, car il fut, sans aucun doute, un saint évêque".

Tous ceux qui ont connu Monseigneur Mykolay Charnetskyi ont donné le témoignage unanime de sa sainteté. Pas surprenant qu'immédiatement après sa mort, beaucoup de gens commencèrent à adresser des prières à Monseigneur Charnetskyi. On éprouve cette impression de sainteté et de puissance d'intercession devant Dieu au cours des prières qui se disent devant le tombeau de l'évêque au cimetière de Lychakiv. Une femme, dont on s'apprêtait à amputer le bras, appliqua de la terre tirée du tombeau sur son bras et fut complètement guérie. Depuis lors, les gens recueillent de la terre sur son tombeau afin de soigner diverses sortes de maladies.

Tenant compte des témoignages concernant la vie héroïque de Monseigneur Mykolay Charnetskyi, en particulier sa patience, son courage et sa fidélité envers l'Église du Christ durant la période de persécution, on entreprit le procès de béatification en 1960. Le 2 mars 2001, le procès fut complété au niveau de l'éparchie et le cas fut transmis au Siège Apostolique. Le 6 avril 2001, la commission théologique reconnut l'authenticité du martyre de Monseigneur Charnetskyi; le 23 avril, son martyre fut attesté par l'Assemblée des Cardinaux, et le 24 avril 2001, le Très Saint-Père Jean-Paul II signa le décret de béatification de Monseigneur Mykolay Charnetskyi, un bienheureux martyr de la foi chrétienne.